Descentes de lieu de la DPCJ aux domiciles de Dimitri Vorbe et de la veuve de René Préval…

Publié
1 mois ago
Dernière mise à jour
1 mois ago
4244 views
Time to
read
2’

Dimitri Vorbe

La police a tenté d’exécuter des mandats décernés contre Dimitri Vorbe et Elisabeth Debrosse Préval, la veuve de l'ex-président René Préval, samedi 14 décembre 2019, a appris Le Nouvelliste. « Ils sont passés chez moi aussi pour demander de nous rendre à la DCPJ », a répondu au journal via un texte message Dimitri Vorbe de la Sogener.

Sous couvert de l’anonymat, une source a indiqué que chez Mme Préval, des policiers encagoulés, sans la présence d’un juge de paix, ont demandé à rentrer afin d’exécuter le mandat. La sécurité du domicile n’a pas donné accès à la résidence aux policiers, a poursuivi notre source.

L’un des avocats de la Sogener Me Jean Danton Léger a confirmé ces interventions de policiers qui se sont identifiés comme des agents de la DCPJ. « Ils ont demandé que Dimitri se rende à la DCPJ. La même déclaration a été faite chez Mme Préval », a expliqué Me Leger. " Ils croient pouvoir exécuter les mandats d’amener en dépit de ce que nous avons fait comme opposition. Les descentes de lieu de cet après-midi visaient à les arrêter. C’est mon interprétation", a indiqué l’avocat.

« Par rapport à cette action, je réalise que la DCPJ n’a pas obtempéré à la décision, à l’ordonnance de sursoit du doyen dans l’affaire Sogener. Notre analyse en tant qu’avocat est qu’un sursoit dans l’affaire implique un sursoit sur tout ce qui concerne cette affaire puisque les mandats d’amener ont été décernés dans le cadre de l’affaire Sogener », a expliqué Me Jean Danton Léger.

« En dépit de la signification de l’ordonnance, il y a cette descente, cela signifie que pour la DCPJ les mandats restent debout. A cette phase des débats, nous, les avocats de la Sogener, nous allons nous réunir au plus vite, pour ne pas dire ce soir, afin de savoir quelle branche du droit tenir pour nous assurer cette fois que les mandats ne soient pas exécutés », a poursuivi Me Jean Danton Léger. 

La descente de la DCPJ chez Dimitri Vorbe, présenté comme un adversaire politique du président Jovenel Moïse, intervient à un moment où, selon une correspondance datée du 12 décembre 2019 à Germeil Castel du comité de l’Accord de Marriott, le président de la République sollicite une rencontre sur l’Accord de Marriott en vue de trouver une solution à la crise.

« Monsieur CASTEL, le Cabinet du Président de la République vous présente ses compliments et a l'avantage de vous informer que le Président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse souhaite, vous entretenir sur le document de sortie de crise élaboré à l'hôtel Marriott en date du 11 novembre 2019. Aussi, le Président de la République vous invite à une rencontre au Palais National, le lundi 16 décembre 2019 à 11 heures du matin », lit-on dans cette correspondance dont Le Nouvelliste a eu copie.

« Le président Jovenel Moïse envoi des signaux différents. Il paraît vouloir le dialogue et pose des actions pour intimider ses adversaires. Je ne sais pas ce que cela va donner mais je peux vous dire que c’est extrêmement préoccupant », a confié une source interrogée par le journal.

Par ailleurs, l’Ed’H et le gouvernement ont indiqué que le conduit amenant du mazout à la centrale de Varreux, qui était gérée par la Sogener, a été scié. « Le gouvernement condamne, sans réserve, les actes de vandalisme et de sabotage perpétré par des individus mal intentionnés contre les infrastructures souterraines de l’ED’H dans les centrales électriques de Varreux dans la nuit du 12 décembre », lit-on dans un tweet du ministère de la communication.

Roberson Alphonse source le nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 8 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 9 mois ago