Démolies dans le voisinage du président, puis reconstruites sous pression au même endroit à Pèlerin 5

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
3780 views
Time to
read
2’

Aucun signe de colère ni de désolation ne se lit sur les visages des habitants de Pèlerin 5, quartier de Pétion-Ville, dont les maisons voisines de la résidence du président de la République, avaient été démolies l’an dernier pour avoir été jugées illégales et anarchiques. Les sept (7) logis démolis sous l’ordre du commissaire du gouvernement d’alors, Me Ocnam Clamé Daméus, sont reconstruits sur le même domaine, constate Haiti Press Network.

C’est plutôt un air de joie et de satisfaction qui s’affiche dans le cœur des familles ayant eu leurs domiciles démolis mais qui, finalement, ont pu trouver justice et réparations après ce déguerpissement pour occupation, estimaient les autorités, anarchique et illégale sur des domaines privés de l’État.

Ces reconstructions en dur sont entreprises, signalons-le, suite à plusieurs journées de mouvements de protestation, non sans violence sur la route de Kenscoff, par ces familles habitant à deux pas du chef de l’État, pour dénoncer la décision des autorités de procéder à la démolition de leurs maisons. 

Des maisons dominantes

Perchées au sommet de la maison où vit le président Jovenel Moïse, une résidence de luxe construite étonnamment sur le passage d’une ravine généralement en crue en saison pluvieuse, les sept maisons des malheureux démolies sous l’ordre de Me Daméus qui s’arc-boutait sur une requête du directeur général de la Direction générale des impôts (DGI), sont en chantier pour les mêmes propriétaires, constate l’Agence.

Les travaux de reconstruction en cours sont à un niveau très avancé pour la majorité de ces habitations. Quoique encore inachevée, l’une de ces bâtisses est déjà réoccupée par une famille, avons-nous remarqué lors de notre visite des lieux le vendredi 6 septembre en cours.

« Les propriétaires de ces maisons seront mieux logés. Ce sont de nouveaux bâtis plus modernes érigés à l’aide de solides matériaux», opinent des observateurs, lesquels saluent cette initiative qui, disent-ils, redonne espoir à ces familles modestes vivant dans des conditions économiques très précaires.

Pour la satisfaction des propriétaires

Se montrant un peu réticente à fournir des informations à l'Agence, une propriétaire qui a requis l'anonymat, s’est dit réjouie de revoir sa maison debout après avoir été démolie en partie.

« J’ai été vraiment déstabilisée en voyant ma maison bousillée. C’était au beau milieu de la nuit que cela s'est passé ce jour-là. Je ne savais quoi faire. Je n’avais nulle part où aller. J’étais obligée de m’abriter sous les débris de cette maison qui n’a pas été totalement démolie», nous raconte cette dame qui semble remémorer un souvenir de mauvais goût.

Ne sachant pas encore si les travaux de finition de sa maison vont être toujours pris en charge par le responsable du chantier que nous n’avons malheureusement pas pu trouver sur place, notre interlocutrice a exprimé toutefois le souhait d’avoir finalement les clefs d’une maison digne de son nom. « Maintenant, je me sens plus ou moins bien sous ce nouveau toit même s’il est encore inachevé », lâche-t-elle timidement et méfiante.

Kesnel, voisin de ces familles qui ont été victimes, salue également cette action jugée juste et importante, compte tenu, ajoute-t-il, du manque de moyens financiers de celles-ci. Il se dit content de voir les autorités revenir sur une telle décision qui, rappelons-le, avait provoqué des grognes un peu partout dans le pays.

À rappeler que les riverains qui avaient, l’année dernière, pointé aussi du doigt le président Moïse dans cette opération de déguerpissement, avaient dénoncé particulièrement l’implication d’Yves Léonard, propriétaire de la résidence du chef de l’État. De l’avis de ces habitants à l’époque, c’est M. Léonard lui-même qui avait demandé au chef du parquet de l’ère de démolir leurs maisons. Des maisons qui, constatons-nous, placées en amont, dominent la résidence du premier citoyen de la nation située en aval.

Alix Laroche

[email protected]

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago