Conversations téléphoniques entre le sénateur Garcia Delva et le chef de gang Arnel : d'où sortent les relevés d'appels ?

Publié
2 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
2819 views
Time to
read
4’

Jean Renel Sénatus

Le président de la commission Sécurité et Justice du Sénat, Jean Renel Sénatus, indique avoir reçu le relevé des appels téléphoniques entre le numéro 3854 9524 du chef de gang Arnel Joseph et le numéro 3170 22 81 du sénateur de l’Artibonite Garcia Delva, allant du 15 janvier au 1er mars 2019.

Alors que le directeur général du Conseil national des télécommunications (Conatel) informe que ces informations ne viennent pas de lui, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince confie au Nouvelliste qu’il n’a produit aucune demande en ce sens auprès des opérateurs. Pour sa part, le PDG de la Digicel souligne que seules deux instances peuvent avoir accès aux relevés des appels téléphoniques.

Alors que le sénateur Jean Renel Sénatus indique avoir fait la demande auprès du Conatel, le directeur général du régulateur des télécommunications en Haïti, précise: « Cette question ne fait pas partie du mandat ni de la mission du Conatel », a soutenu Jean David Rodney, soulignant que le relevé des appels téléphoniques mentionnés par la commission Sécurité et Justice du Sénat ne vient pas de lui.

Selon le directeur général du Conatel, le sénateur Jean Renel Sénatus n’était pas assez précis dans ses déclarations. Pour Jean David Rodney, en mentionnant le Conatel, le parlementaire a voulu crédibiliser son travail. « Il s'est peut-être mis en tête que le régulateur pouvait demander aux opérateurs des relevés téléphoniques. Non, il revient à la justice de saisir en ce sens les opérateurs… », a soutenu Jean David Rodney.

Dans une correspondance responsive du ministre des Travaux publics au président du Sénat sur une demande de relevés téléphoniques, nous lisons : « Monsieur le président du Sénat, J’ai bien reçu votre correspondance du 14 mars 2019 par laquelle vous avez sollicité, au nom de la commission Justice et Sécurité du Sénat de la République, le relevé des appels passés à partir et à destination du numéro 38549524 pour la période allant du 15 janvier au 1er mars 2019. Je m’empresse d’attirer votre attention sur l’incompétence du Conseil national des télécommunications (CONATEL) qui est techniquement et juridiquement inapte à donner suite à votre requête puisque l’exploitation des réseaux de télécommunication relève uniquement de la compétence des opérateurs et la correspondance des télécommunications est inviolable. «Toutefois, dans le cadre d’une enquête ou d’une procédure judiciaire, l’autorité compétente peut demander directement à tout opérateur de lui fournir toutes les informations dont elle peut avoir besoin sur un client donné », a ajouté le ministre de TPTC, Fritz Caillot.

Contacté mercredi par Le Nouvelliste, le PDG de la Digicel a fait savoir au journal qu’il y a deux instances qui peuvent demander des relevés des appels téléphoniques. « Le parquet, à travers un juge d’instruction, et la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) qui a deux personnes attitrées spécialement par le directeur général de la police qui peuvent soumettre des requêtes urgentes dans le cadre de kidnapping ou autres dossiers de banditisme », a expliqué Maarten Boute.

Selon lui, outre ces instances, la Digicel ne répondra à aucune demande de relevé d'appels téléphoniques. Cependant, Maarten Boute n’était pas en mesure de dire au Nouvelliste si sa compagnie a été sollicitée dans le cadre du relevé des appels téléphoniques entre le sénateur Garcia Delva et le chef de gang, présumé kidnappeur, Arnel Joseph, activement recherché par la police.

Maarten Boute a assuré qu’outre des relevés des appels, la Digicel n’a pas la capacité technique pour mettre sur écoute ses clients. Les équipements d’écoute ne sont pas disponibles pour les opérateurs, a-t-il ajouté, soulignant que ces équipements sont disponibles uniquement pour les services de sécurité à travers le monde.

Le chef du parquet de Port-au-Prince a, de son côté, fait savoir au Nouvelliste qu’il n’avait produit aucune demande de relevés des appels téléphoniques auprès des opérateurs de la place. Toutefois, Me Paul Éronce Villard a souligné qu’il pouvait le faire dans le cas où la demande aurait été produite formellement par requête.  

Une source bien placée à la Direction centrale de la police judiciaire a confié au Nouvelliste que les relevés des appels téléphoniques entre le sénateur Garcia Delva et le chef de gang Arnel Joseph ne viennent pas de la DCPJ. « Nous ne savons pas où le sénateur Sénatus a eu ses données, mais elles ne viennent pas de la DCPJ », a indiqué notre source qui a nuancé en soulignant que peut-être que la commission sénatoriale a eu les données d’une autre instance de la police nationale.

Interrogé sur cette situation de confusion, le sénateur Jean Renel Sénaturs a fait savoir au journal qu’il a eu les relevés des appels téléphoniques de source policière. Le président de la commission Sécurité et Justice du Sénat de la République a précisé qu’il n’a jamais dit avoir reçu ces informations du Conatel. « J’ai parlé au directeur général du Conatel mardi soir. Il m’avait donné l’impression qu’il est sous forte pression », a avancé le parlementaire.

Les relevés des communications téléphoniques entre le numéro 3854 9524 du chef de gang Arnel Joseph et le numéro 3170 22 81 du sénateur de l’Artibonite Garcia Delva, allant du 15 janvier au 1er mars 2019, montrent que 24 appels ont été passés entre le numéro du sénateur et celui de Arnel Joseph du 7 au 22 février 2019, a soutenu l’élu de l’Ouest. « Mes informations ont été collationnées par le sénateur Garcia Delva qui a confirmé avoir parlé à Arnel plus de 24 fois. Cette affirmation a été consignée dans le procès-verbal de l’audition du sénateur », a rapporté au Nouvelliste Jean Renel Sénatus.

En effet, le sénateur Garcia Delva confirme avoir eu des entretiens téléphoniques avec le chef de gang et présumé kidnappeur Arnel Joseph, très recherché par la police. « Personne ne peut m’empêcher de parler à personne », a minimisé le sénateur.

Outre des assassinats, des détournements de camions contenant des produits alimentaires au Village-de-Dieu, le chef de gang Arnel Joseph a perpétré pas moins de 4 enlèvements contre rançons ces derniers temps, a appris le journal. Les hommes de ce dernier et ceux du gang de Savien, à côté du vol de plusieurs véhicules, s’adonnent aussi au viol. Les hommes de Savien ont intercepté un bus rempli de missionnaires à L’Estère, violé toutes les femmes dans ce bus, a indiqué avec indignation une source policière.

Robenson Geffrard Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 2 mois ago