Augmenter et valoriser la production de la mangue

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
2466 views
Time to
read
2’

De concert avec la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire (FAMV) de l’Université d’État d’Haïti (UEH), la Fondation haïtienne pour l’agriculture et la relance de l’économie (PHARE) a organisé un symposium sur la filière mangue haïtienne. Cette activité de deux jours, dont le lancement a eu lieu ce lundi au centre de convention et de documentation de la Banque de la République d’Haïti, a permis aux acteurs de la filière d’échanger en vue de l’augmentation et de la valorisation de cette production.

La grande salle de conférence du centre de convention et de documentation de la BRH était remplie pour l’occasion. Notamment avec la présence des acteurs importants de la filière mangue. Pour une fois, le secteur privé et l’État parlent d’une seule voix. Tout porte à croire que des initiatives seront prises à certains niveaux et soutenues à d’autres dans l’optique d’augmenter et de valoriser la production de la mangue dans le pays. Les experts venus des États-Unis d’Amérique, du Pérou, de la République dominicaine ont diagnostiqué la filière en vue d’une plus grande implication des acteurs nationaux.

L’enjeu de cette activité est d’identifier les contraintes, les briser en vue d’une production plus rentable. C’était l’occasion pour les chercheurs, producteurs et exportateurs, transformateurs et autres acteurs de la chaîne de débattre des thématiques, aspects scientifiques et techniques liés à la physiologie, aux technologies et aux écosystèmes. Vu l’importance et la saveur unique de la mangue du terroir, les intervenants croient qu’on peut faire plus dans cette filière surtout à un moment où la mangue haïtienne vient d’être mise en valeur au 26e Festival international de mangue organisé en juillet dernier à Miami.

La filière mangue a été vue sous ses différents angles. Les experts comme Victor Galan avance qu’un ensemble de facteurs influent sur la production de cette culture. Les maladies les plus fréquentes ont été analysées et des facteurs endogènes et exogènes de la production débattus. La maîtrise de la physiologie de la plante, la gestion phytosanitaire, la variation de température tout au long du cycle de production mais surtout au moment du bourgeonnement, les facteurs qui influencent l’induction florale, les effets du climat sur la floraison et sur les fruits sont parmi les aspects traités lors de cette première journée.

Victor Galan souligne en effet que la température, la lumière et le dioxyde de carbone agissent positivement ou négativement sur la production de la mangue. Aussi la maîtrise des maladies et des herbes et l’émondage des plantes suivi du nettoyage des résidus végétaux sur le sol constituent-ils des exigences non négligeables pour une bonne récolte. Des préceptes qui ne laissent pas indifférents les participants et membres d’organisation.

Le président de la Fondation haïtienne pour l’agriculture et la relance de l’économie, Volny Paultre, affirme que ce symposium revêt une importance capitale pour le pays. C’est un passage obligé, ajoute-t-il, de lier la science à la culture de la mangue. Ce faisant, croit-il, on met les balises nécessaires pour provoquer des actions qui auront des incidences positives sur la production.

Le président se dit engagé à entreprendre d’autres activités similaire afin de mettre en valeur la production de la mangue dans le pays. De telles activités, laisse-t-il entendre, ne sauraient avoir que des retombées positives sur la production ainsi que sur l’exportation du pays. Cette culture joue, fait-il savoir, le rôle d’aliments de soudure principaux entre les deux grandes saisons agricoles. Si l’on arrive à augmenter la production, elle permettra, à coup sûr, de diminuer le déficit de la balance commerciale du pays.

Abondant dans le même sens, le doyen de la Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire de l’Université d’État d’Haïti, Jocelyn Louissaint, et le président du conseil d’administration d’Agroservice, Claude Derenoncourt, se disent fiers de s’associer à l’organisation de l’événement et promettent, chacun en ce qui le concerne, de continuer d'œuvrer au développement de la filière mangue en Haïti.

Jose Fletcher Source Le Nouvelliste

 

 

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago