Arrêtés avec 491 kilos de marijuana, l'ex-député Jean Fenel Tanis et deux comparses ont failli être libérés...

Publié
4 mois ago
Dernière mise à jour
4 mois ago
9266 views
Time to
read
1’

Ex-député Jean Fenel Tanis

L'ex-député Jean Fenel Tanis, Jean Edrique Pompée et un ressortissant jamaïcain, Kess Huss Campbell, arrêtés par la police à Ganthier à bord d'une Nissan blanche transportant 491 kilos de marijuana le 6 mars 2019 ont été renvoyés au tribunal correctionnel pour « détention illégale de stupéfiant», selon l'ordonnance en date du 1er avril du juge d'instruction près le tribunal de première instance, Péguy Cinord, a appris le journal, le mardi 14 mai 2019.

Au correctionnel, le juge Pierre Apsorde Pierre-Louis, en présence de Me Gérard Jean Garry Manigat, avec l'assistance de Me Lucnas Étienne, greffier de siège, à l'audience du 10 mai 2019, a jugé et prononcé : « Après avoir délibéré conformément à la loi et sur réquisition du ministère public et après plaidoirie contradictoire du conseil de la défense, se déclare compétent pour connaître cette affaire qualifiée de détention illégale de stupéfiant pour usage personnel ; déclare constants les faits reprochés aux nommés Jean Fenel Tanis, Jean Edrique Pompée et Kess Huss Campbell; les condamne chacun à 100 000 gourdes d'amende au profit de l'État haïtien conformément à l'article 63 de la loi du 7 août 2001; dit que les prévenus Jean Fenel Tanis, Jean Edrique Pompée seront libérés après le paiement de cette amende ; dit que le prévenu Kess Huss Campbell sera déporté après le paiement de cette amende; dit que cette déportation sera faite à la diligence du ministère public ; ordonne la confiscation des produits saisis.»                                              

La minute du jugement, dont le journal Le Nouvelliste a obtenu copie, n'indique pas qu'il s'agit de 491 kilos de marijuana.  «J'ai fait appel du jugement. 491,5 kilos de marijuana ne peuvent pas être jugés pour usage. Il s'agit plutôt de détention, transport et trafic illicite. Une telle infraction est un crime», a confié au journal le commissaire du gouvernement de Croix-des-Bouquets, Maxime Augustin. « J'ai trouvé ce dossier quand je suis arrivé au parquet. J'ai donné des instructions. Si quelqu'un est passé outre pour n'en faire qu'à sa tête, c'est que je cautionne la corruption judiciaire. Je ne peux pas cautionner une pareille chose. C'est trop flagrant. C'est dans cette optique que j'ai joué mon rôle en interjetant appel dans le dossier», a poursuivi le commissaire du gouvernement qui souligne que les intéressés restent en prison compte tenu du fait que l'appel est suspensif. «Les juges de la cour d'appel vont enquêter en profondeur et requalifier l'infraction et décider", a indiqué le commissaire du gouvernement de Croix-des-Bouquets, Maxime Augustin. Il a déploré avoir reçu l'ordonnance du juge d'instruction près le tribunal de première instance neuf jours après. «Je ne citerai pas de nom. Mais l'ordonnance a été retenue. C'est comme dans un labyrinthe», a-t-il dit, soulignant être comme quelqu'un armé d'une épée pour repousser les flèches. 

L'ancien député Jean Fenel Thanis Joseph avait été élu sous la bannière du parti Repons Peyizan. 

source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago