Affaire Nice Simon : la cour d’appel a entendu les parties

Publié
7 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
3884 views
Time to
read
1’

Nice Simon

La cour d’appel de la juridiction de Port-au-Prince a entendu, le jeudi 9 mai 2019, Yves Léonard et la mairesse de Tabarre, Nice Simon, qui avait contesté l’ordonnance de clôture du juge d’instruction Wando Saint-Villier. Dans cette ordonnance du 28 décembre 2018, le juge instructeur, pour insuffisance de preuves, a renoncé à deux des chefs d’inculpation : séquestration et tentative d’assassinat.

Le dysfonctionnement de la cour d’appel de Port-au-Prince avait empêché la tenue de l’audition de Nice Simon et d’Yves Léonard le 4 avril dernier. Avec un nouveau président décrié installé à la tête de la cour d’appel, la séance d’audition a été possible jeudi. Ainsi, accompagné de leurs avocats, un collège constitué des juges Maguy Florestal, Dufrène Guillaume et Magarette Papillon a auditionné les deux parties qui ont essayé de retracer la scène qui s’est produite dans la nuit du 2 octobre 2018.

Après des heures de discussion, l’audience a été renvoyée. Si la mairesse de Tabarre garantit qu’elle reste à la disposition de la justice, son ancien conjoint, de son côté, prévient que lui et son avocat devraient tour à tour consulter leur médecin dans la période durant laquelle la séance est projetée.

À l’issue de l’audience, la mairesse de Tabarre s'est dit confiante en la justice de son pays. «Je crois que j’obtiendrai gain de cause», a-t-elle affirmé, tout en rejetant les déclarations «incohérentes» de son ancien concubin qu’elle accuse de tentative d’assassinat. «Je ne crois pas que je m’aurais battu toute seule. Il faut que la justice triomphe», a clamé Nice Simon, qui avait le visage tuméfié et des lésions sur le corps le soir du tragique incident.

Nice Simon se réjouit du fait qu’elle est encore vivante pour témoigner la vérité. «Dans ce pays, lorsqu’un homme assassine une femme, on justifie et impute cet acte criminel à l’infidélité de la femme», a critiqué Nice Simon, qui voit en sa persistance une façon de réclamer justice pour les nombreuses victimes des exactions machistes. Renouvelant sa confiance dans l’appareil judiciaire du pays, l’actrice, devenue mairesse, soutient qu’elle espère que les principes légaux seront respectés.

Égal à lui-même, Yves Léonard s’est défendu du mieux qu’il peut afin de prouver son innocence. Comme Nice Simon, il dit croire en l’impartialité de la justice haïtienne qui doit décider sur son sort. «La décision sera prise en ma faveur, car Nice Simon ment sur les faits», a assuré l’accusé, qui nie les faits qui lui sont reprochés.

Entre-temps, des organisations défendant le respect des droits des femmes ont apporté leur support à la mairesse de Tabarre et ont exigé que justice soit rendue à Nice Simon qui dit avoir frôlé la mort. La cour aura à auditionner de nouveau les deux parties afin de pouvoir statuer sur l’ordonnance du juge instructeur et d’envoyer le dossier soit au tribunal correctionnel, soit au tribunal criminel. 

Caleb Lefevre Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago