35 millions d’euros d’appui budgétaire seront décaissés en 2019 par l’UE

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
2324 views
Time to
read
2’

Le Premier ministre Jean-Henry Céant, assisté de plusieurs ministres, a présidé une longue réunion de travail, le jeudi 22 novembre 2018 en début de soirée à sa résidence officielle à Musseau. À l’issue de cette rencontre, les partenaires de l’Union européenne, notamment Stefano Manservisi, directeur général de la Devco (Direction générale de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne), ont réaffirmé leur engagement vis-à-vis d’Haïti tout en passant en revue les efforts du gouvernement et de l’Union européenne en vue du renforcement institutionnel de l’État haïtien.

« Les échanges s’articulaient notamment autour de l’appui budgétaire, ce qui se révèle [être] une bonne nouvelle pour le peuple haïtien dans un contexte socioéconomique particulièrement difficile », a déclaré le Premier ministre Céant lors du point de presse donné en marge de la réunion. Il a plus loin précisé que sur les 100 millions d’euros promis par l’UE, 30 millions ont été reçus par l’État haïtien en juillet dernier, 35 millions seront décaissés en 2019 et 35 autres millions en 2020.

 

Pour le chef du gouvernement haïtien, « il est important de souligner que cet appui budgétaire de la part de nos partenaires européens est l’expression de leur confiance relative à notre capacité de mettre en place des réformes structurelles afin de pouvoir faire face aux problèmes actuels, poursuivre l’implémentation de la réforme de l’État, réformer les finances publiques de manière à effectuer d’une part, la lutte contre la corruption, l’évasion fiscale et la contrebande et, d’autre part, permettre une meilleure répartition des ressources disponibles en luttant contre le gaspillage et une réallocation des ressources vers les secteurs sociaux ».

« Nous avons aussi regardé comment la consolidation de l’État, voulue par le programme du président Jovenel Moïse et exécutée par le Premier ministre, se met en œuvre en termes de cadre macroéconomique. Nous avons évidemment observé avec grand intérêt le budget qui va être soumis pour approbation et qui sera un moment de vérité aussi dans notre partenariat du point de vue [de la mobilisation] des recettes, de la croissance, des investissements », a expliqué Stefano Manservisi, signalant que l’UE a décidé de se focaliser sur un soutien budgétaire important appelé dans le jargon européen « Actions au soutien de l’établissement d’institutions et d’un État forts ».

De manière concrète, a-t-il poursuivi, on a confirmé notre engagement à mettre en œuvre pleinement les 100 millions d’euros de l’accord d’appui budgétaire qu’on a en cours, et on a étudié ensemble comment on peut l’augmenter notamment dans le sens des dépenses sociales, en particulier dans le secteur de l’éducation. « On n’a pas fini [avec] les discussions […] L’engagement d’augmenter […] de 37 millions d’euros en matière d’éducation est là », a fait savoir Stefano Manservisi en écho aux propos du PM Céant qui dit explorer avec optimisme la possibilité de cette enveloppe supplémentaire de 37 millions d’euros.

« Conscient de l’acuité des problèmes socioéconomiques du moment, le gouvernement a délibérément choisi d’élaborer un budget à dominante sociale », a par ailleurs annoncé Jean-Henry Céant, se réjouissant d’avoir mené un plaidoyer auprès des partenaires de l’Union européenne habilitant son gouvernement à négocier la réorientation de 50 millions d’euros vers les populations les plus vulnérables à travers les collectivités locales aussi dans le cadre du programme de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Nous sommes tous conscients que la situation dans certaines parties du territoire haïtien est assez préoccupante en matière de sécurité alimentaire et de facteurs nutritionnels », a renchéri Manservisi, annonçant que le programme sécurité alimentaire à hauteur de 40 millions d’euros va être lancé dans les prochains jours et que 50 millions d’euros sont en attente immédiatement après. Le directeur général de la Devco a également mentionné l’existence d’une enveloppe de 100 millions d’euros qui pourraient être alloués prochainement aux infrastructures routières, hydrauliques et énergétiques. Évoquant la possibilité de mobiliser d’autres montants pour allocation future dans les investissements, le responsable européen n’a pas manqué de rappeler à l’attention du gouvernement haïtien les conditions relatives au partenariat européen, à savoir transparence, efficacité, lutte contre la corruption, meilleures recettes et conditions plus favorables aux investisseurs.
Patrick ST PRE source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago