L’ONU va apporter une aide matérielle aux victimes du choléra en Haïti

Publié
3 années ago
Dernière mise à jour
1 année ago
1363 views
Time to
read
1’

A New York, l'ONU a accueilli avec soulagement la décision d'une cour d'appel fédérale qui a confirmé l'immunité judiciaire de l'institution. Celle-ci évitera ainsi d'être jugée concernant le déclenchement de l'épidémie de choléra en Haïti qui a fait près de 10 000 morts. Les Nations unies avaient pourtant reconnu mercredi que des casques bleus étaient à l'origine de ce scandale sanitaire. Elles ne risquent donc plus d'être condamnées à payer des dizaines de milliards de dollars de dédommagement et s'engagent en échange à apporter une aide matérielle aux victimes.

L'ONU était confiante vis-à-vis des procédures judiciaires, mais ce scandale du déclenchement de l'épidémie de choléra en Haïti laissera des traces. L'immunité dont jouit l'institution est forcément critiquée par certains, et elle va devoir redoubler d'efforts en Haïti pour faire passer la pilule.

Alors que les programmes dans le pays manquent déjà d'argent, le porte-parole Farhan Haq a donc annoncé que des mesures inédites allaient être prises.

« Les Nations Unies ont une responsabilité morale envers les victimes de l'épidémie de choléra et elles doivent aider Haïti à la surmonter grâce à la construction de systèmes de santé, d'assainissement et d'accès à l'eau potable. Le Secrétaire général travaille activement à l'élaboration d'un plan pour fournir une assistance matérielle et un soutien aux Haïtiens les plus directement touchés par le choléra. Les victimes de la maladie et leurs familles doivent être au coeur de nos efforts », a déclaré Farhan Haq.

Le plan ne coûtera certainement pas ce que l'ONU aurait pu avoir à payer si elle avait été condamnée. Mais au moins ce scandale va remettre en cause ses procédures environnementales, encore loin d'être irréprochables.

Un spécialiste présent sur place au moment des faits a ainsi confirmé à RFI que chaque contingent de casques bleus avait ses propres pratiques, et que certains pays ne semblaient pas avoir conscience de l'impact de leurs comportements sur l'hygiène. L'épidémie de choléra aurait ainsi été déclenchée par la propagation dans une rivière des excréments de soldats népalais, eux-mêmes porteurs de l'infection.

Grégoire Pourtier source RFI

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago