Les exportateurs d'acier dominicains coincés

Publié
9 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
6983 views
Time to
read
1’

L’Association dominicaine de l’acier (Adoacero) a révélé qu’après les restrictions haïtiennnes de 2015 qui interdisent l'entrée en Haïti par voie terrestre de 23 produits dominicains sur son territoire, il a été constaté une réduction des exportations dominicaines de l’acier vers Haïti. La part de marché des Dominicains se rétrécit. Une situation que les hommes d’affaires dominicains digèrent mal. Selon Adoacero, les données officielles de ses membres montrent des réductions entre 80 et 90% des exportations de l'acier produit dans le pays en 2016 et 2017 par rapport à 2015.

Le directeur exécutif de Adoacero, Alfredo Badui, décrit la situation si préoccupante de cette baisse drastique sur le marché haïtien. Selon lui, c’est une menace pour la sécurité et la productivité de l'industrie de son pays. Il est donc nécessaire que des efforts soient faits pour pouvoir lever les restrictions, selon le journal dominicain Listin Diario, qui rapporte les propos de M. Badui.

« Ces restrictions d'importation de produits par voie terrestre ne profitent qu'au commerce informel. C'est préjudiciable à la production dominicaine et le gouvernement haïtien n'augmente pas ses rentrées, car ce qui est arrivé favorise la montée en flèche de l'informalité », a déclaré Alfredo Badui, qui affirme que la réduction des volumes génère moins l'économie à grande échelle.

Jusqu’en 2013, la participation de la République dominicaine sur le marché haïtien d'acier fini était de 61%, alors qu'aujourd'hui elle est réduite à seulement 6%. « Notre pays perd de la compétitivité à cause de ces restrictions. Avant on était le premier exportateur d'acier vers Haïti, nous sommes maintenant au bas de la liste, et notre place est cédée à la Turquie et la Chine qui représentent respectivement 58 et 33% du marché aujourd'hui », a déclaré M. Badui. Les restrictions par voie terrestre ont forcé les entreprises dominicaines à exporter le fer et l’acier en Haïti par voie maritime, ce qui, selon Adoacero, implique une augmentation des coûts logistiques de plus de 80%.

Les cimentiers de la République dominicaine connaissent une situation similaire. Le ciment a également été interdit d’entrée par voie terrestre par les autorités haïtiennes. Compte tenu de cette réalité, le secteur de la construction du pays a connu un ralentissement drastique de ses plans d'expansion régionale dans les Caraïbes, ce qui, selon Adoacero, devrait appeler les autorités à la réflexion.

Dieudonné Joachim source le nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
6 mois 2 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 6 mois ago