Lancement d'une décennie de conférences annuelles pour le renforcement des liens entre Haiti et la République Dominicaine

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
2237 views
Time to
read
2’

Dans une salle comble et avec la présence de diverses personnalités du monde académique et politique, la Fondation Zile en partenariat avec l’Université Quisqueya, a réalisé ce mercredi 28 février le lancement d’une série de conférence annuelle dont le but est le renforcement des liens entre les deux pays qui se partagent l’ile et en hommage à l’ancien ambassadeur Guy Alexandre.

Selon Edwin Paraison, directeur exécutif de l’organisation binationale, cette initiative touchera les 10 départements d’Haïti de 2018 à 2028 et sera l’occasion de faire une évaluation des relations haitiano-dominicaines, en vue d’élaborer des recommandations pouvant servir aux secteurs officiel et privé haïtien et dominicain ainsi qu’à la société civile insulaire.

« Sur les traces de Guy Alexandre » est le titre de cette série de conférences dont la première tenue à la salle du centre de conservation des biens culturels (CCC) de l’UniQ a eu pour thème « Panorama des relations haitiano-dominicaines de la crise de 2013 a date ».

Parmi les panélistes et intervenants, les académiciens Jean Marie Théodat, Claude Moise, Watson Denis,  Mirlande Manigat, Sabine Manigat, Bernard Craan, président du forum économique et la militante de droits humains, Colette Lespinasse.

Pour cette dernière, l’arrêt du tribunal constitutionnel dominicain qui n’a rien résolu a provoqué la dénationalisation et l’apatridie. « Il n’a pas pu mettre un coup d’arrêt aux échanges binationaux, mais a eu quand même des effets en termes de difficultés administratives ». a-t-elle ajoute.

Pour sa part, Sabine Manigat a repris un élément sur lequel le défunt diplomate Guy Alexandre insistait toujours: « si les Etats n’assument pas leurs responsabilités les relations haitiano-dominicaines ne pourront jamais s’améliorer ».

De son côté Bernard Craan a analysé les échanges commerciaux et économiques entre les deux parties, en démontrant l’asymétrie existante favorable à la République Dominicaine et une stratégie mise en place pour la conquête du marché haïtien, particulièrement à partir du tremblement de terre de 2010. « Il est temps de repenser nos échanges avec la République Dominicaine » affirme-t-il.

L’historien Claude Moise, après avoir campé Guy Alexandre comme un combattant tombé en pleine lutte pour de meilleurs rapports entre les deux nations et pour le respect des droits des migrants, a souligné l’importance de « cette initiative de la Fondation Zile et de l’Université Quisqueya  hautement nécessaire pour la formation de la jeunesse haïtienne ».

L’ancienne sénatrice et première dame de la République, Mirlande Manigat a également offert son appui à la démarche des organisateurs pour le suivi de cette conférence.

Evelyne Magron, veuve de Guy Alexandre, Claudette Werleigh, première femme haïtienne premier ministre, l’ambassadeur du Chili en Haïti, Patricio Utreras, des fonctionnaires du Ministère du bureau de l’ordonateur National (BON), de la commission de développement frontalier, du Ministère du commerce et d’autres entités publiques et privées ont aussi pris part à cette activité qui s’est tenue dans une conjoncture de remontée de l’antihaïtinisme en République Dominicaine.

Guy Alexandre qui laisse un ouvrage avec le titre très singulier « Pour Haïti et pour la république Dominicaine » dont un extrait a été lu par le professeur Jean Marie Théodat fut deux fois chef de mission diplomatique à Santo Domingo de 1991 à 1997 et de 2001 à 2003, il est décédé le 28 février 2014 à l’Age de 68 ans.

AHP

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago