Sheila Laplanche : « l’inclusion numérique, une véritable question de société »

Publié
3 mois ago
Dernière mise à jour
3 mois ago
1728 views
Time to
read
1’

Sheila Laplanche

« Nous sommes combien à pouvoir interagir, par exemple, avec le consulat américain puisque ça passe par le numérique ? Le formulaire est numérique. Combien de nouveaux exclus allons-nous produire encore dans un pays où l’exclusion sociale entraîne de lourdes conséquences ? Lorsque vous interagissez avec les administrations dans les autres pays, le numérique est incontournable », a indiqué Sheila Laplanche lors de son intervention à la 4e édition de la Fintech à l’Université Quisqueya (UNIQ).

D’après Sheila Laplanche, l’inclusion numérique consiste à s'assurer que le numérique est accessible à tous pour que tous puissent bénéficier de ce levier d'insertion sociale et économique. « Il faut s’assurer que personne ne reste au bord de la route pour ce qui est de cette fabuleuse révolution, la transformation digitale », a soutenu Sheila Laplanche, soulignant que  la situation difficile dans laquelle se trouvent le pays et de nombreux citoyens du pays s’explique, en partie, par l’exclusion sociale.  

« L’inclusion numérique est donc une vision de la société ancrée dans une approche de droits de la personne, d’une  vision de citoyen autonome et de lien social. En d’autres termes, elle constitue une question de droit, une question d’accès, une question qui peut mettre en péril le vivre-ensemble si rien n’est fait pour éviter l’exclusion », a déclaré madame Laplanche, soulignant que l’inclusion numérique  peut être aussi un chantier national qui vise les infrastructures, la manière de voir les citoyens et la qualité des services offerts.

Dans son exposé, Sheila Laplanche a décrit les chantiers de l’inclusion numérique ainsi : « Accès à l’infrastructure (couverture, bonne qualité des services, accès sur tout le territoire à la même qualité des services) ; accès aux équipements (disponibilité et coût) ; adresser les besoins en capital humain (programme de formation professionnelle en masse pour développer des solutions adaptées aux usagers) ; développer l’offre d’intermédiation (adaptations aux changements)…»

En termes de finalité, Sheila Laplanche a expliqué que l’inclusion numérique pourrait améliorer le quotidien des habitants d’un territoire, moderniser les services administratifs, développer l’attractivité des territoires, rassurer la population face aux changements provoqués par la transformation digitale, favoriser l’engagement citoyen, développer des services adaptés aux personnes en difficulté, etc.  

Sheila Laplanche faisait partie d’un panel avec Tess Attié et Ingrid Moïse lors de la 4e édition de la Fintech. Ce panel intervenait autour du sujet « Femmes et numérique ». Sheila en a profité pour poser le problème de l’inclusion numérique.

Gérard Junior Jeanty Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago