Haïti au cœur de deux colloques au 86e congrès de l’ACFAS

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
3468 views
Time to
read
3’

Acfas 2018

« Célébrer la pensée libre », c’est autour de ce thème emblématique que l’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS) a réalisé son 86e congrès, qui s’est tenu à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), du 7 au 11 mai 2018. Depuis 1933, ce regroupement de milliers de chercheurs à travers le monde organise annuellement au Canada l’événement scientifique multidisciplinaire le plus prestigieux dans toute la francophonie. Cette année, cette fête de la science, que représente cet énième congrès de l’ACFAS, a accueilli plusieurs congressistes venus de tous les continents pour présenter leurs recherches, réfléchir sur des faits récents et partager des idées.

Dans le cadre de ce 86e congrès, l’Association Science et Bien Commun (ASBC), un collectif qui mène des réflexions et des actions en vue de plus de justice cognitive, et la bibliothèque numérique des Classiques des sciences sociales ont organisé deux colloques avec des chercheurs de plusieurs pays du Nord et des Suds dont Haïti. Le premier se porte sur « La liberté universitaire et la responsabilité scientifique : deux valeurs en quête de sens ». Il était question du sens du travail de l’universitaire dans un monde complètement sous l’emprise de la bureaucratie néolibérale. Et le second se déroulait sur le titre « Plateformes, archives et bibliothèques numériques en libre accès : enjeux, possibilités et effets sur la recherche en sciences humaines et sociales dans la francophonie ». Ces colloques ont été entre autres orchestrés par des communications de Samuel Regulus, professeur-chercheur à l’Université d’État d’Haïti ; Ricarson Dorcé, doctorant en ethnologie et patrimoine à l’Université Laval et directeur de la collection Études haïtiennes (Classiques des sciences sociales) ; Rency Inson Michel et Wood-Mark Pierre, respectivement coordonnateur et relationniste du Réseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des Sciences Sociales en Haïti.

Samuel Regulus a présenté une communication intitulée « Liberté/responsabilité dans des contextes universitaires des Suds ». Monsieur Regulus a également participé à la table-ronde portant sur « Les possibilités pour la recherche, l’enseignement et la préservation des mémoires issues des ressources, plateformes et bibliothèques numériques ». Le prof en a profité pour mettre en lumière l’histoire et la structure de l’Université dans le contexte haïtien ainsi que l’agir scientifique qui y prédomine. Pour lui, beaucoup de tares doivent être abattues si le monde universitaire en Haïti veut réellement faire émerger une liberté universitaire et une responsabilité scientifique des acteurs de la recherche.

Quant à Ricarson Dorcé, il a abordé la dimension utopique du projet de la bibliothèque numérique Les Classiques des Sciences Sociales. Le titre de sa communication était ainsi intitulé : « Les Classiques des sciences sociales comme patrimoine numérique : une vitrine pour les savoirs francophones produits en Haïti ». Pour lui, ‘‘La mission pédagogique des Classiques des sciences sociales est très bien accueillie, surtout dans les endroits où l’accès aux travaux et aux recherches scientifiques est limité. C’est le cas par exemple en Haïti où la collection « Études haïtiennes » des , diffusant des œuvres du patrimoine scientifique haïtien, a permis aux jeunes universitaires haïtiens de poursuivre des travaux de recherche en sciences humaines et sociales, dans un contexte post-séisme où presque toute l’infrastructure des bibliothèques est, jusqu’à aujourd’hui encore, loin d’être rétablie. En ce sens, la bibliothèque numérique Les Classiques des sciences sociales peut être perçue comme une véritable utopie sociale pour la population estudiantine haïtienne en particulier, et pour des chercheur-e-s des pays du Sud en général.”

Rency Inson Michel et Wood-Mark ont co-présenté une communication qui questionnait l’hégémonie linguistique sur le web scientifique comme obstacle à l’utilisation pleine des ressources numériques en Haïti. Le titre de leur exposé « Pensons la diversification des archives, bibliothèques et plateformes numériques à l’aune des langues maternelles : la traduction comme arme pour démocratiser le web scientifique dans les pays des Suds » définit la nouvelle mission que se donne le Réseau des Jeunes Bénévoles des Classiques des sciences sociales, qui charbonne depuis deux ans le feu de la libération de la recherche et l’émancipation du champ intellectuel en Haïti, à savoir promouvoir la langue maternelle comme outils de formation et de circulation de l’information scientifique.

Par ailleurs, pour fêter les 25 ans des Classiques des sciences sociales, on en a profité pour lancer le mercredi 9 mai 2018 dans un « 5 à 7 » l’ouvrage collaboratif « Les Classiques des Sciences sociales : 25 ans de partage des savoirs dans la francophonie » sous la direction d’Émilie Tremblay (doctorante en sociologie à l’UQAM) et Ricarson Dorcé. Lors de cette soirée, Jean-Marie Tremblay, Chevalier de l’Ordre national du Québec, a été honoré par les membres du conseil d’administration des Classiques des sciences sociales.

Rodny Casimir

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 1 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 1 mois ago