La gourde, seule et unique monnaie : avantages et inconvénients ?

Publié
6 mois ago
Dernière mise à jour
6 mois ago
6185 views
Time to
read
2’

Rommel Pierre - Rock André - Etzer Emile -William Savary

Depuis plus d’une semaine, l’arrêté de l’exécutif de libeller en gourde toutes les transactions commerciales défraie la chronique. Et Forum, loin d’en faire fi, étant un espace de débats des questions de société, y est revenu ce samedi avec trois économistes : William Savary, Etzer Emile et Rock André. 

En effet, le gouvernement prend, à travers cet arrêté adopté en conseil des ministres, des mesures faisant obligation d’effectuer en monnaie nationale (la gourde) toutes les transactions commerciales, les contrats onéreux et les achats des biens et services. L’administration Moïse/Lafontant s’engage à faire respecter et appliquer cette mesure qui, conformément à la Constitution et aux lois de la République, tend à freiner l’inflation sur le marché.  

Le couple de l’exécutif annonce la mise sur pied d’une brigade de surveillance en vue de l’applicabilité de cet arrêté sur tout le territoire. Ainsi, appelle-t-il tout citoyen à porter plainte contre tout contrevenant à cet arrêté en le dénonçant auprès des pouvoirs publics qui séviront avec la dernière rigueur. 
Les invités de Forum, unanimement, saluent d’entrée de jeu cette mesure, qu’ils jugent légale, juste, voire institutionnelle. Pour Rock André, cet arrêté vise à freiner l’anarchie qui sévit sur le marché de change, lequel selon son confrère Etzer Emile ne compte qu’une dizaine d’agents légalement reconnus et autorisés  par la BRH. Alors que le marché pullule d’agents de change et de commerçants qui se fixent leurs propres taux de change qui, parfois, sont exorbitants surtout lorsqu’on est obligé de payer en gourde des produits en dollar. Et de rappeler, l’économiste Etzer Emile indique que les taux d’achat et de vente du dollar accusent une différence avoisinant entre 2 et 3 gourdes. 

Pour William Savary, cette mesure tend vers ce qu’il appelle la gourdérisation au détriment de la dollarisation de notre économie qui se révèle partielle dans la mesure où une grande partie des richesses se fait ou se détient en dollar. Cette mesure peut du même coup, poursuit-il, freiner l’inflation de la gourde par rapport au dollar. A cela, l’économiste Etzer Emile rappelle que 64 % des dépôts dans les banques s’effectuent en dollar.  

Mais des doutes concernant la capacité du gouvernement à faire appliquer et respecter cet arrêté émanent des réflexions et des interrogations des invités de Forum. D’abord, l’économiste Etzer Emile se demande si cet arrêté va réduire le nombre de dépôts en dollar. Car avec une telle mesure qui, d’ailleurs, n’interdit pas les dépôts en dollar, il y a lieu de craindre que des épargnants n’en profitent pour épargner plus en dollars, pour transférer leurs dollars vers des comptes dans des banques à l’étranger. Etzer Emile doute qu’en prenant cet arrêté les autorités tiennent compte de son impact sur l’importation, et du risque de la dépréciation de la gourde ou d’une hyperinflation. Pour l’auteur d’« Haïti a choisi d’être un pays pauvre », le fait que cette mesure n’atteigne pas l’économie réelle du pays, il doute qu’il y ait un véritable et vrai changement. Une telle mesure, craint l’économiste Rock André pour sa part, risque de provoquer des actions d’anticipations par les agents économiques, lesquelles consistent en la fixation par ces agents de leurs propres taux de change. Ce qui pourrait atteindre, selon certaines prévisions, jusqu'à 77 gourdes. 

Cet arrêté,  qui devrait faire l’objet d’un projet de loi – car il n’a pas été soumis au Parlement, fait remarquer William Savary –, pourrait profiter à des catégories sociales pour s’enrichir au détriment d’autres qui s’appauvriraient, pense le PDG du Global Trading Group. Cette mesure risque, poursuit ce promoteur de l’implantation d’un marché boursier dans le pays, d’accélérer le taux de décroissance de la réserve de la BRH. 

Tous ces constats et doutes portent Etzer Emile à proposer aux autorités de discuter, tête reposée, de cette mesure avec les agents économiques concernés par la question avant qu’elle soit entrée en vigueur. Et concernant l’applicabilité de cet arrêté, Rock André pense qu’il faut des organes de contrôle et des structures  de recours pour les citoyens lésés. 

Author

une passion pour l'écriture
Journaliste de formation et de profession, Chenald Augustin a travaillé pendant sept ans au journal Le Matin où il était rédacteur au service culture. En juin 2010, il est entré au journal Le Nouvelliste, le pus ancien journal d’Haïti, pour le laisser deux ans plus tard....

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
4 mois 4 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 5 mois ago