Droits humains : en avons-nous encore aujourd’hui ?

Publié
8 mois ago
Dernière mise à jour
7 mois ago
3032 views
Time to
read
1’

Rommel Pierre, l’avocat Newton Louis St-Juste, le défenseur des droits humains Gédéon Jean ,le professeur James Boyard,

A bien regarder la situation de notre pays, le niveau de pauvreté, de misères, d’inégalités sociales et du sous-développement, d’aucuns n’hésiteront à le sacrer champion de violations des droits humains. En témoigne l’indicateur de développement humain où, chaque année, notre pays occupe presque le dernier rang.

Cela démontre que les droits économiques, sociaux, culturels (droits à l’instruction, à la santé, au travail, à un environnement sain, à la paix, aux divertissements) se trouvent violés. Ils ne sont pas garantis par l’Etat, ils sont presque absents. La majorité de la population n’y ont pas accès, ou n’en jouissent pas. Force est de constater qu’en matière de droits humains (notamment dans les cas de violation), ceux qui reviennent souvent à l’esprit au point de paraître dominants sont les droits-libertés. Ceux-ci portent sur la liberté d’expression, d’opinion, de réunion, d’association...  

Intervenant samedi dernier à l’émission Forum de la RTVC, le professeur James Boyard, l’avocat Newton Louis St-Juste et le défenseur des droits humains Gédéon Jean ont fait un petit tour d’horizon des droits, des libertés fondamentales ainsi que les inégalités d’accès. Ceux-ci sont mis à mal par l’irresponsabilité de l’Etat en tant que premier garant de leur jouissance et de leur effectivité.  

Les droits politiques (droit de vote et d’éligibilité) ont été en outre abordés au cours de l’émission. Ces droits ne sont pas toujours respectés dans leur intégralité. Les longues files d’attente, les irrégularités constatées dans l’ouverture des bureaux de vote en disent long sur le non-respect du droit de vote des citoyens, selon les intervenants à Forum.  

Les discussions ont été également portées sur le déficit d’éducation, un facteur clé dans la reconnaissance et la jouissance par le citoyen de ses droits  et ses libertés. Pour Newton Louis St-Juste qui plaide pour une conscience morale, l’éducation y joue un rôle fondamental.   

En somme, la situation des droits humains est, selon les invités de Jean Rommel Pierre, alarmante. L’Etat haïtien est souvent accusé de les violer. Il est aussi condamné pour ne les avoir pas toujours garantis.  

Par ailleurs, l’avocat Newton Louis St-Juste a lancé une petite pointe aux organisations des droits humains œuvrant dans le pays. Il a rappelé leur instrumentalisation par des pays riches et le marché qu’elles constituent.   

Author

une passion pour l'écriture
Journaliste de formation et de profession, Chenald Augustin a travaillé pendant sept ans au journal Le Matin où il était rédacteur au service culture. En juin 2010, il est entré au journal Le Nouvelliste, le pus ancien journal d’Haïti, pour le laisser deux ans plus tard....

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago