Comment sortir de cette crise à multiples têtes ?

Publié
9 mois ago
Dernière mise à jour
8 mois ago
6459 views
Time to
read
1’

l’ancien président du Sénat et ministre de l’Environnement, Simon Dieuseul Desras, le professeur Auguste D’Meza, l’économiste Philippe Vixamar

Depuis bientôt trente-trois ans, soit après le départ du dictateur Jean-Claude Duvalier, on ne parle que de crise. Celle-ci n’a cessé de durer, d’empirer, de devenir permanente, profonde. Elle est à la fois conjoncturelle et structurelle. Elle est sociétale parce qu’elle englobe toutes les sphères (sociale, politique, économique). Tout est (en) crise. Mais comment sortir de cette crise dont on connait la gravité et les multiples causes ?

Question emblématique ayant fait l’objet de discussions, au Forum du samedi 2 février, entre le professeur Auguste D’Meza, l’économiste Philippe Vixamar et l’ancien président du Sénat et ministre de l’Environnement, Simon Dieuseul Desras. Pour ce dernier, la crise que l’on vit a plusieurs facettes, et tient son origine du siècle dernier qui fut l’émanation du système néocolonial. Il déplore la faillite de l’Etat et la vassalisation des institutions. L’insécurité alimentaire dans laquelle vivent la majorité des Haïtiens est catastrophique au point d’inquiéter l’ancien ministre de l’Environnement d’Enex Jean-Charles.  Simon Dieuseul Desras dit craindre une hécatombe à laquelle le pays est en proie.

La crise qui va s’aggravant est socioéconomique, estime l’ancien président du Conseil d’administration de la BNC, Philippe Vixamar. La dégringolade de la gourde face au dollar  est un des exemples probants de ce marasme économique, selon l’économiste. La dépréciation accélérée de la valeur de la monnaie locale s’explique, selon Philippe Vixamar, par le déficit budgétaire, lequel avait atteint30 milliards de gourdes, dans le cadre de l’exercice 2017-2018. A en croire Philippe Vixamar, la gravité de la situation socio-économique actuelle est aussi traduite par l’indisponibilité de certains produits et de dollars sur le marché

Le professeur Auguste D’Meza a brièvement dressé le tableau, sombre, alarmant, de la misère de la majorité de la population. Une pauvreté extrême qu’il assimile à la crasse, et la considère comme étant à la base de l’insécurité. L’analyste politique en a profité pour présenter quelques indicateurs économiques alarmants concernant le taux d'inflation, le déficit budgétaire, le taux de change. Il a fait mention de la corruption, celle qui est institutionnalisée, et du train de vie de l’Etat. Ce qui constitue, selon lui, les principaux indices à la base de l’aggravation de la crise économique.   

Le thème du Forum (« Comment sortir de cette crise à multiples têtes ? ») a surtout donné lieu à des points de vue – loin d’être divergents – sur la situation socio-économique, à l’instabilité politique du pays, à des critiques contre le pouvoir en place. Mais force est de constater qu’aucune proposition de sortie de cette crise n’a dominé les débats mis à part quelques suggestions. Celles qui consistent en des appels à l’endroit des gouvernants à effectuer un dépassement de soi ; celles conviant tous les acteurs à un dialogue national, en vue du redressement de la situation actuelle.

 

Author

une passion pour l'écriture
Journaliste de formation et de profession, Chenald Augustin a travaillé pendant sept ans au journal Le Matin où il était rédacteur au service culture. En juin 2010, il est entré au journal Le Nouvelliste, le pus ancien journal d’Haïti, pour le laisser deux ans plus tard....

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 6 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 6 mois ago