Pour un accès à tous à la santé

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
6624 views
Time to
read
3’

Romel Pierre Présentateur, Invités:Philippe Desmangles, Ronell Gilles et Maurice Fils Mainville

L’accès aux soins de santé demeure encore une grande préoccupation pour l’Etat haïtien. La majorité de la population n’y a pas encore droit, bien que des données officielles fixent à 62 % le nombre de bénéficiaires de ce droit social fondamental. L’accès de tous les Haïtiens à la santé équitable et de qualité reste toujours l’objectif voire l’une des priorités de tous les gouvernements alors que l’enveloppe qui y est allouée ne représente jamais 10 % du budget de la République. Pire : l’allocation du Sénat dépasse de loin, depuis quelque temps, celle de la santé.

Comment garantir l’accès à tous les Haïtiens aux soins de santé ? Question emblématique à laquelle le Forum du samedi 28 juillet a invité à répondre trois médecins : Philippe Desmangles, Ronell Gilles et Maurice Fils Mainville.

D’entrée de jeu – et ce, pendant presque toute l’émission –,  #dokzo Dr Desmangles est tranchant dans son analyse et sa remise en question du système de santé qui se révèle défaillant, déficient, inefficace, inéquitable. Il est remonté à plusieurs reprises contre son collègue Maurice Fils Mainville (il a dirigé pendant quelques années l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti, le plus grand centre hospitalier du pays). Ce dernier paraît défendre le statut quo, tandis que Dr Philippe Desmangles met à nu le système et s’en prend aux dirigeants qui, selon lui, n’ont pas de politique de santé.  Pour lui, notre système de santé, tel qu’il a été conçu, ne répond pas aux attentes des Haïtiens ni à la réalité du pays, ni au vécu du peuple. Le ministère de la Santé, à travers ses différents titulaires successifs et ses cadres dirigeants, ne se contente que de ses intérêts. « Il n’y a ni logique ni cohésion dans les décisions de santé », martèle Dr Desmangles connu pour ses prises de position sur Facebook.  

Ce chirurgien orthopédiste n’y va pas par quatre chemins. Il s’attaque au système de santé, le prenant dans tous ses états. Il en relève la défaillance due notamment aux infrastructures sanitaires dépourvues de matériels, de personnel non qualifié, insuffisant sous-payé et souvent absent. Pour ce qui relève des hôpitaux philanthropiques mis en place dans le pays par les ONG et des fondations, Philippe Desmangles attribue leur présence à l’incompétence du ministère de la Santé. Quant au projet de mise en place du programme d’assurance maladie universelle, il juge ce projet inapproprié dans la mesure où, croit-il, le fonds (provenant des taxes et des contributions des citoyens) qui y est destiné est volé, et les hôpitaux sont presque inexistants et non opérationnels.  

Sans vouloir être aussi catégorique que son collège Desmangles, Dr Ronell Gilles juge insuffisante l’allocation budgétaire à la santé. L’absence des membres du personnel dans les hôpitaux et centres de santé publics paralyse le fonctionnement, déjà boiteux, du système de santé. Ce qui occasionne l’inégalité et l’inefficience des soins et du droit à la santé. Pour remédier à ce fléau, l’ancien directeur exécutif de l’HUEH, Dr Maurice Fils Mainville, propose, entre autre, l’autonomie des hôpitaux publics. Sa proposition englobe la gestion des ressources humaines qui se doit d’être efficace, efficiente et axée sur les résultats. A en croire Dr Mainville, ce personnel qualifié (y compris les cadres intermédiaires de santé, tels les infirmiers, les sages-femmes, les travailleurs sociaux, les pharmaciens) ayant à sa disposition des moyens financiers et logistiques adéquats constitue le socle du fonctionnement et du développement du système de santé ainsi que de l’accès à tous à la santé.

Celui relève des domaines transversaux, estime Dr Ronell Gilles. Il en veut pour preuve l’aménagement du territoire. Le déficit en ce domaine (qui tient compte du phénomène d’extension des bidonvilles, de l’éloignement des maisons dans les zones rurales) rend difficile l’accès aux soins de santé. A cela il faut ajouter, selon Dr Mainville, le problème du transport et de l’état piteux des routes.

Au regard de cette situation, comment les professionnels de la santé, à travers leurs différentes associations, peuvent-ils influencer les décisions politiques en matière de réforme de la santé visant à l’accès aux soins, interroge l’animateur de Forum Jean Rommel Pierre. Selon Ronell Gilles et Maurice Fils Mainville, il manque un réel engagement citoyen pouvant faire changer l’ordre des choses. D’où l’appel de Philippe Desmangles se prononçant en faveur d’une citoyenneté responsable et engagée.

Author

une passion pour l'écriture
Journaliste de formation et de profession, Chenald Augustin a travaillé pendant sept ans au journal Le Matin où il était rédacteur au service culture. En juin 2010, il est entré au journal Le Nouvelliste, le pus ancien journal d’Haïti, pour le laisser deux ans plus tard....

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 5 mois ago