Haïti-République dominicaine: Les ombres d’une politique néfaste

Posted
3 years ago
Last updated
1 year ago
393 views
Time to
read
2’

De René Préval à Michel Martelly, en passant par Jocelerme Privert, pour des raisons inavouées mais explicables, les chefs de l’exécutif haïtien, depuis une dizaine d’années, ont ouvert une large brèche où les Dominicains se sont engouffrés. 
Comme les conditions objectives ne sont pas appelées à radicalement changer demain matin, le président de la République et le gouvernement qui sortiront des élections à venir ne vont pas modifier la donne à leur prise de fonction, même s’ils décident de tenter une inflexion. 
Un nouveau maître existe sur l’île, c’est un fait, et Haïti lui a ouvert ses portes.
Nous l’avons fait par nécessité et par choix. Nos élites dirigeantes s’y complaisent. Nos élites économiques y trouvent leur compte. Nos enfants fréquentent leurs écoles et leurs universités. Nos forces de travail sont dans leurs usines, dans leurs champs, sur leurs chantiers. L’imbrication se renforce, même quand de temps à autre il y a des incidents meurtriers ou des monstruosités comme l’arrêt 168-13.
Tout le ballet des relations économiques et humaines entre les deux parties de l’île n’empêche pas que le ministre des Affaires étrangères, Pierrot Délienne, ait commis un immense impair en nous mentant sur la présence de soldats dominicains sur notre sol. Le ministre devrait avoir la décence de tirer les conséquences de ses propos.
Dans un autre registre, en affirmant que le président de la Chambre des députés, celui du Sénat, les membres influents du secteur privé avaient pris part à la rencontre avec le président dominicain Danilo Medina sur la venue de l’aide dominicaine et concomitamment, si l’on comprend bien, des soldats dominicains, le président Jocelerme Privert enfonce le couteau dans la plaie.
Que nous ayons eu pour la première fois, avec arme et uniforme, des soldats de la République dominicaine sur le territoire national et à la capitale serait-il le fruit d'un consensus ?
Excité ou énervé, lors de sa prise de parole, samedi, à l’aéroport Toussaint Louverture, le président Jocelerme Privert n’a pas épuisé les interrogations et les inquiétudes. Il doit de sereines explications à la nation.
La maladresse de Delienne, les cachoteries des élus et des membres du secteur privé alimentent le discours de certains nationalistes qui ont toujours fait leur lit en dénonçant avant de s’accoquiner avec ceux qu’ils vilipendaient, selon qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition.
Julio Jean-Pierre Audain, dans son ouvrage publié en 1976 qui décortique une partie souterraine des relations entre Haïti et la République dominicaine entre 1934 et 1971, nous rappelle si bien qu’entre nos deux pays frères, frères amis ou frères ennemis, rien n’est jamais simple.
Cela dit, il est indéniable que l’incursion des soldats dominicains dans nos rues a créé un vrai malaise. L’amitié a des limites que lui indique l’histoire. Ceux qui feignent de l’oublier, des deux côtés de la frontière, obnubilés par le quotidien, risquent de faire plus de mal que de bien.
Frantz Duval Editorial du Nouvelliste

Author

Frantz Duval collabore au Nouvelliste depuis 1985. Il a une grande histoire de fidélité et de passion avec Le Nouvelliste où il a occupé les postes de responsable Création et Interactivité à partir de 2002 et de responsable de la section Economique à partir de 1994. Directeur de publication de Ticket et...

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 7 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 7 months ago