Eloge funèbre à l'endroit du Major-Général retraité Williams Régala décédé à Port-au-Prince, le 23 décembre 2018

Posted
8 months ago
Last updated
8 months ago
10310 views
Time to
read
4’

Williams Regala

Chers parents éplorés, Chers amis,
Me voici, ce matin, investi de la pénible mission de dire, au nom de mes frères d’armes, adieu à notre frère, le major-général Williams Régala, dont le départ pour l’au-delà nous a surpris au plus haut point.

Mission pénible, dis-je, lorsqu’on considère les liens qui attachaient au sol natal ce fils du pays profond et l’impressionnant état de service de ce patriote éprouvé. En cette douloureuse circonstance, tout en exprimant mes vives sympathies à sa digne épouse Micheline, à ses enfants Shilov, Mike et Magda, je m'impose l’impérieux devoir d'ouvrir le livre de sa vie pour rendre à notre frère Bill, un ultime hommage.

La Promotion Jean-Jacques Dessalines Le Grand vient de perdre un de ses fleurons, le major- général Williams Régala, des Forces Armées d’Haïti. Reçu le 6 janvier 1958 comme Cadet et commissionné sous-lieutenant au mois d’avril 1959, classé 2ème parmi 53 Cadets à avoir terminé avec succès le cycle d’études prévu à l’Académie Militaire d’Haïti, Williams Régala débutait avec enthousiasme et prestige une carrière professionnelle active au Département Militaire des Casernes Dessalines. Officier discipliné, loyal, intègre, respectueux des principes, il a toujours gardé vivante dans son esprit la devise inscrite au frontispice de ce centre de formation: “Honneur et Patrie”, et mis en pratique, tout au long de sa carrière de trente ans (30) au service du pays, les notions d’intégrité, de probité, de rectitude et de civisme qui lui ont été inculquées dans ce haut lieu du savoir et du patriotisme.

Formé à l’école des Frères de l’Instruction Chrétienne de Pétion-Ville, Williams Régala termina ses études secondaires classiques au Lycée Toussaint Louverture. Assoiffé de connaissances, élément brillant et ouvert aux choses de l’esprit, le voilà, après avoir obtenu sa commission de sous-lieutenant dans l’armée, qui fréquente la Faculté de Droit et des Sciences Economiques où il ne tarda pas à décrocher sa licence en Droit, en l’année 1966. Boursier du gouvernement américain en 1978, il est diplômé en Defense Ressources Management d’une école supérieure de la Marine à Monterey, en Californie.

Bon citoyen, Williams Régala a eu un parcours exemplaire au sein des Forces Armées d’Haïti où il a servi son pays avec patriotisme et dévouement. Dans la ligne de ses devoirs militaires, il a accompli avec une compétence rare les missions qui lui furent assignées par ses supérieurs hiérarchiques, ce, dans le respect scrupuleux de la loi. Officier féru de tactique et de stratégie, il fit carrière surtout dans le secteur de l’entraînement de nos forces armées : S-3 (section entraînement et opérations) du Bataillon Jean- Jacques Dessalines, directeur de l’Académie Militaire d’Haïti, G-3 au sein de l’État-major des Forces Armées. Nanti d’une valeur intellectuelle incontestable, officier discipliné, apprécié de ses supérieurs hiérarchiques, Williams Régala a gravi tous les échelons de la hiérarchie et termina sa carrière militaire au poste d’Assistant Commandant-en-Chef de l’Armée, avec le grade de major-général.

Dans les forces armées, Williams Régala était toujours resté confiné dans son statut de militaire. Il ne s’était jamais occupé de politique jusqu’au jour où, le 7 février 1986, il fut appelé, comme ce fut le cas pour votre serviteur d’ailleurs, et sans qu’il ait su les raisons de ce choix, pour faire partie d’un gouvernement de transition, le Conseil National de Gouvernement, qui avait la lourde tâche de pacifier le pays à un moment où les passions y étaient exacerbées et avaient atteint leur paroxysme. Nommé, trois fois de suite, ministre de l’Intérieur et de la Défense Nationale, il s’est acquitté de ses devoirs avec compétence, engagement, intégrité et patriotisme.

Homme sociable et de bon commerce, il était apprécié de tous ceux qui l’approchaient. Bon camarade, Williams Régala a toujours fait montre d’une sincérité sans bornes dans ses relations sociales. D’une franchise parfois déroutante, la fausseté et la malice ne faisaient pas partie de son vocabulaire.

Dans la gestion de ses attributions civiles, Williams Régala s’est révélé un administrateur efficace et pointilleux, intransigeant sur le dossier du maintien de l’ordre dans le pays et celui de la sécurité de la population. D’un patriotisme éprouvé et d’un attachement au sol natal sans équivoque, il a apporté tout son dévouement dans la recherche de solutions aux problèmes du pays.

Je me rappelle encore le rôle déterminant qu’il a joué après les nombreux événements qui ont émaillé le mois de novembre 1987. Il n’a ménagé aucun effort pour porter les uns et les autres à comprendre que les élections à reprendre étaient la seule et unique voie et que le CNG se devait de respecter la date butoir du 7 février 1988. Il a pris sur lui, avec le concours de l’armée, celui du Conseil de Cabinet restreint et le Conseil Électoral, de relancer le processus et faciliter en cela l’avènement du premier président élu après trente années de présidence à vie. Malheureusement, l’expérience n’avait pas duré.

Voilà, chers amis, l’impressionnant parcours, la stature de l’homme qui vient de nous quitter si abruptement. Le 23 décembre, la maladie dont il a souffert et qu'il a stoïquement supportée l’ayant finalement terrassé, notre cher Bill a rendu l’âme à son Créateur après quatre-vingt-un ans d’existence. Avec ce départ, Haïti vient de perdre un citoyen conséquent, un fils authentique.

«Memento, homo, quia pulvis es, et in pulverem reverteris». «Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras en poussière». Mais, notre foi chrétienne nous apporte une consolation certaine face à cette sentence inéluctable et sans appel, car nous, chrétiens, nous savons que, lorsque se termine la vie sur cette terre, “celle-ci n’est pas détruite, elle n’est que transformée”.

Très cher camarade Williams, tu resteras présent au milieu de nous, à travers ton épouse, tes chers enfants, tes petits-enfants, tes proches, tes amis, tes frères d’armes, tous ceux qui t’ont aimé, admiré, apprécié. Ils perpétueront ta mémoire. Pars donc en paix, très cher frère, car tu as bien rempli ta journée. Tes frères d’armes, figés dans un « Garde-à-vous » impeccable, te disent, à l’unisson, Bon voyage !

Merci.
------------
Lieutenant-Général (ret) Prosper Avril
Ancien Président de la République.

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 4 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 5 months ago