Une année après, le sort des Haïtiens en République dominicaine inquiète toujours

Posted
3 years ago
Last updated
1 year ago
358 views
Time to
read
1’

Depuis que le Plan national de régularisation des étrangers (PNRE) en République dominicaine a pris fin en juin 2015, note le rapport de l’OCHA, beaucoup d’étrangers dans ce pays et en particulier des milliers d'Haïtiens se sont retrouvés du jour au lendemain en situation irrégulière et sans presque aucun droit. Les mouvements de retour ont alors commencé, certains sous la forme d’expulsion ou de reconduite à la frontière ou encore des retours plus ou moins volontaires et/ou spontanés.
Ce rapport, qui cite l’Organisation internationale de la migration (OIM), informe que, depuis juin 2015, soit un an après l’expiration du PNRE, plus de 120 000 personnes ont déjà traversé la frontière haïtiano-dominicaine. Et le futur de plus de 130 000 Haïtiens, qui avaient reçu un permis temporaire de vivre et travailler en République dominicaine pour un an, est incertain. La communauté humanitaire se dit inquiète alors que le 18 juillet, date d’expiration de ces permis, approche.
Face à cet afflux, le gouvernement haïtien, avec l’appui des partenaires humanitaires, a mis en place un plan de contingence Interagences en mai 2015 afin d’assister et accompagner entre 20 000 et 30 000 personnes retournées. Toutefois, les financements de ce plan demeurent encore insuffisants. Alors que les partenaires humanitaires sollicitent un budget de 20,6 millions de dollars pour mettre en œuvre des activités de protection et d’assistance humanitaire pour les 120 000 personnes rentrées ou susceptibles de rentrer en 2016, au 26 juin 2016, l’OCHA annonce que seulement 3,9 millions de dollars américains avaient essentiellement été mobilisés pour des actions de protection. 
Le monitoring de la frontière et la collecte des données, selon l’OCHA, constituent des défis toujours bien réels. Un travail de monitoring des frontières a par la suite commencé sous le leadership d’OIM et avec l’appui financier d’OCHA et de l’USAID. Les données collectées par ce mécanisme sont les plus fiables à ce jour concernant cette problématique. « Mais il est important de noter que ce mécanisme n’enregistre qu’une portion des personnes arrivant de la République dominicaine tellement les frontières entre les deux pays sont poreuses », constate le bureau des Nations unies. 
« Entre mars et juin 2016, les programmes de retour ont permis de relocaliser environ 1 400 personnes déplacées; il reste encore environ 61 000 personnes vivant dans 33 sites », indique le bulletin humanitaire, précisant qu’à ce jour, plus de 95% des personnes déplacées suite au tremblement de terre ont été relocalisées.
Par ailleurs, l’OCHA rapporte que plus de 150 000 personnes ont bénéficié des programmes de réponse à l’épidémie de choléra mis en œuvre par les Nations unies au cours des deux derniers mois. En outre, les acteurs humanitaires ont renforcé les programmes d’aide alimentaire en vue de répondre à l’insécurité alimentaire qui frappe sévèrement 1,6 millions de personnes.
Patrick STPRE source nouvelliste

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 7 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 7 months ago