Malpasse, des douaniers accusés d'escroquerie

Posted
3 years ago
Last updated
1 year ago
320 views
Time to
read
1’

 De la République dominicaine à Haïti, remplis de marchandises de toutes sortes, les camions doivent inévitablement subir un contrôle à la douane de Malpasse, a fait savoir Wisdort Sainfery, président du syndicat de transport de passagers de Malpasse. Après ce premier contrôle minutieux, il peut avoir une autre vérification au poste de Ganthier si les douaniers le jugent nécessaire, dit-il. « Ces jours-ci, quand les chauffeurs arrivent au niveau du poste de Ganthier, ils ne trouvent personne. À ce moment, ils sont obligés de partir. Plus loin, des douaniers  en embuscade les attendent pour accuser les chauffeurs de s'être dérobés au contrôle douanier », a expliqué le défenseur des chauffeurs. Pour Wisdort Sainfery,  il s’agit d’une technique utilisée pour les piéger. Puis d’ajouter : « Ensuite, les agents demandent aux chauffeurs de retourner au poste de Malpasse pour une dernière vérification. Les véhicules sont enfin confisqués  avant de payer une grosse amende qui varie  entre 75 000 et 100 000 gourdes. »
Toujours selon le président du syndicat de transport de passagers de Malpasse, Wisdort Sainfery, cette activité se répète ces derniers jours à la douane de Malpasse. En ce sens, il fait appel à la bonne volonté du président de la République, Jocelerme Privert, et à celle du Parlement pour combattre cette forme de corruption et cette méchanceté. «Je souhaite que les députés et sénateurs de la République interpellent les concernés pour faire jaillir la lumière sur cette réalité », a-t-il indiqué. Pour Wisdort Sainfery, ces hommes de mauvaise foi, opérant à la frontière, ciblent même les camions qui n’ont rien à voir avec la contrebande. « Je pense qu’ils s’enrichissent malhonnêtement au détriment de la population. Après cette dénonciation, dans les jours à venir, si rien n’est fait, nos cris résonneront avec éclat », menace le syndicaliste.
Dans la même veine, le président du Syndicat de transport haïtiano-dominicain (Syn-Trans-Hai-DO), Jean-Sanet Nelson, est aussi monté au créneau pour dénoncer des abus et des actes de corruption commis à la frontière. Du même coup, il invite l’État central à prendre ses responsabilités en main, parce que, selon lui, ces sommes exorbitantes réclamées par les agents douaniers vont tout droit dans leurs  poches. « L’État ne saurait réagir de la sorte. C’est de l’escroquerie que nous sommes en train d'être victimes sur la frontière. Nous avons des familles à nourrir. C’en est trop pour nous», a-t-il martelé.
Emmanuel Thelusma Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 7 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 7 months ago