Les responsables du massacre de La Saline doivent répondre rapidement de leurs actes, selon l’ONU…

Posted
3 months ago
Last updated
3 months ago
1615 views
Time to
read
3’

António Guterres

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, s’est dit « alarmé » par les découvertes des enquêteurs sur le massacre survenu à La Saline et par le déficit d’action en justice contre les accusés, incluant deux ex-policiers et un officiel du gouvernement. Le secrétaire général de l'ONU a appelé les autorités haïtiennes à agir afin que les responsables de ces crimes répondent rapidement de leurs actes devant la justice, a appris le journal le mercredi 17 juillet 2019.

« Je suis alarmé par les constatations qui ressortent du rapport sur les allégations de violations des droits de l’homme et d’atteinte à ces droits survenues à La Saline et par l’impunité qui continue de prévaloir en ce qui concerne les violations graves des droits fondamentaux », a écrit le secrétaire général des Nations unies dans un rapport adressé au Conseil de sécurité daté du 9 mai rendu public le 17 juillet 2019.

«  Les allégations selon lesquelles au moins deux agents de police et un représentant de l’État se seraient rendus complices des faits doivent pousser les autorités à prendre rapidement des mesures pour que les responsables de ces crimes répondent de leurs actes devant la justice », a appelé le secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

« Le fait que l’un de ces deux agents ait participé à un an d’écart, aux violences extrêmes perpétrées à La Saline et à la tuerie de Grand-Ravine est une parfaite illustration du cercle vicieux de l’impunité, d’autant plus qu’à ce jour aucune procédure judiciaire n’a été engagée concernant la tuerie de Grand-Ravine », lit-on dans ce rapport qui évoque le massacre de La Saline où 71 personnes, dont des enfants en bas âge, ont été tuées selon des organisations haïtiennes de défense des droits de l’homme. 26 selon la MINUJUSTH qui souligne, dans son rapport, n’avoir pas un bilan exhaustif des victimes.

« Au terme de son enquête, la MINUJUSTH a conclu que l’attaque des 13 et 14 novembre 2018 à La Saline était une opération bien planifiée, conduite par des membres de cinq gangs organisés s’étant associés pour s’en prendre à des membres ou à des sympathisants supposés de deux gangs rivaux. La MINUJUSTH a confirmé que 26 personnes, dont trois femmes et trois enfants, avaient été tuées, trois personnes blessées et deux autres soumises à des viols en réunion pendant l’attaque, où de nombreux vols et actes de destruction de biens ont également été commis. Douze personnes ont en outre été portées disparues. Il semble que certains des auteurs de l’attaque portaient des chemises de l’uniforme d’une unité de la police nationale, la Brigade d’opération et d’intervention départementale (BOID), ou des chemises qui y ressemblaient », a écrit le secrétaire général de l’ONU.

 « La police nationale n’est intervenue à aucun moment de l’attaque, alors même qu’elle avait été informée dès le début des violences. Elle n’a fait que mobiliser un détachement de l’unité régionale spécialisée dans le maintien de l’ordre, l’Unité départementale de maintien d’ordre, pour sécuriser un commissariat du quartier. Deux véhicules de l’unité régionale d’intervention spécialisée départementale ont également été vus patrouiller autour du périmètre de La Saline. Selon des témoins, trois agents de police se trouvaient aux côtés des gangs pendant l’attaque. Deux d’entre eux ont été identifiés depuis, et radiés de la police en décembre 2018. L’un d’eux avait déjà été impliqué dans l’opération de police de novembre 2017 qui avait entraîné la mort de huit civils dans le quartier de Grand-Ravine à Port-au-Prince. Un représentant de l’État, le délégué du département de l’Ouest, aurait également été vu dans la zone, pendant l’attaque, en compagnie d’agents de police et de membres de gangs », selon le rapport du secrétaire général au Conseil de sécurité.

« La police judiciaire a diligenté une enquête sur ces événements. Toutefois, très peu a été fait pour amener les responsables des violences à répondre de leurs actes devant la justice. Au total, onze membres connus des gangs ont été arrêtés, sans qu’aucune action pénale ait été engagée à l’encontre ni des officiers de police ni des fonctionnaires qui auraient été impliqués », lit-on dans ce rapport.

« Je note également que l’atmosphère de crise permanente à Haïti constitue le terreau d’une recrudescence des activités criminelles des gangs, dans certaines parties de Port-au-Prince et dans le département de l’Artibonite. Pour qu’Haïti puisse maîtriser la violence des gangs armés et inverser cette tendance négative, il faudra trouver une solution politique et mobiliser des ressources à l’appui d’approches multisectorielles novatrices permettant de régler les problèmes socioéconomiques qui sont à l’origine des violences. Si l’on veut que les mesures prises pour démanteler les gangs soient efficaces, il convient de les assortir de possibilités de réinsertion, d’un engagement soutenu auprès des populations et de programmes de gestion des armes et des munitions. Comme je l’avais souligné dans la lettre du 13 mai, la nouvelle mission politique spéciale se tiendra prête à épauler le gouvernement dans ces entreprises », a indiqué Antonio Gutteres dans ses observations.

«  Il importe en priorité de doter la police nationale de ressources et de matériels adéquats, pour en assurer le bon fonctionnement et garantir la sécurité des Haïtiens et la stabilité du pays. Il faut également des mécanismes de contrôle crédibles, efficaces et transparents pour veiller à ce que les opérations de police soient menées conformément aux normes internationales. Sans un soutien plus marqué du gouvernement et de la communauté internationale, la police risque de perdre les fruits qu’elle a acquis jusqu’ici de sa professionnalisation », selon le secrétaire général de l’ONU.

Source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 6 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 6 months ago