Insécurité à Port-au-Prince, la PNH veut prendre le taureau par les cornes

Posted
11 months ago
Last updated
11 months ago
2900 views
Time to
read
1’

La rencontre tenue mercredi entre les responsables de commissariats et des unités spécialisées de la police nationale visait, entre autres, à peaufiner une stratégie pour permettre aux forces de l'ordre de mieux remplir leur mission dans un contexte marqué par une recrudescence des actes de banditisme.

C'est le directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon, qui avait présidé cette rencontre stratégique. Les responsables des commissariats de la zone métropolitaine de Port-au-Prince ainsi que les commandants des corps d'élite y ont pris part.
 
L'heure est grave et les autorités policières semblent comprendre les préoccupations des citoyens qui vivent la peur au ventre.
 
Depuis plus d'une semaine, les actes de banditisme et d'insécurités qui se produisent à répétition, et souvent de manière spectaculaire, semblent corroborer la thèse qui veut faire croire que les bandits ont une bonne longueur sur les forces de l'ordre.
 
Il ne se passe pas un seul jour sans que des cadavres ne soient retrouvés sur la chaussée.
 
Mercredi  un père qu'emmenait ses deux filles à l'école a été abattu à Delmas 2 et l'une de ses filles, agées de moins de 10 ans, a été atteinte de plusieurs projectiles.
 
Un peu plus tard dans la journée, le directeur général adjoint de la CAS (Caisse d'Assistance Social), Eléonord Devalon, a été attaqué et grièvement blessé par balles non loin de son bureau.
 
En début de semaine, les citoyens fréquentant la zone de Martissant, ont vécu un véritable calvaire. Des bandits ont attaqué, agressé et pillé tous ceux qui s'aventuraient dans cette zone réputée difficile. Il était environ 5 heures de l'après-midi.
 
Nous avons aussi appris que les salles d'urgence des hôpitaux et centres hospitaliers de la capitale reçoivent plus de blessés par balles et à l'arme blanche ces derniers jours que d''habitude .
 
Nombreux sont aussi les citoyens qui viennent vérifier que leurs proches n'y ont pas été admis. Signe témoignant du fait que les cas de personnes disparues sont en nette augmentation.
 
A l'approche des fêtes de fin d'année et dans un contexte socio-économique difficile et fragile, les forces de l'ordre doivent changer leurs fusils d'épaule pour rassurer, mais surtout protéger les citoyens.

Source HPN

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 6 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 7 months ago