États-Unis-Iran: La guerre est-elle à l’horizon ?

Posted
3 months ago
Last updated
3 months ago
3604 views
Time to
read
2’

Depuis la sortie des États-Unis de l’Accord sur le nucléaire iranien, suivi d’une spirale de sanctions, la République Islamique d’Iran et les États-Unis sont à couteaux tirés. Faisant face à une crise économique aigüe, la multiplication de déclarations des dirigeants iraniens en riposte aux agissements des dirigeants américains ne semblent pas rassurant quant à une éventuelle lutte frontale entre les deux États.

Alors que les États-Unis et l’Iran déclarent qu’ils ne veulent pas faire la guerre, la démonstration de force des américains dans le détroit d’Ormuz avec le déploiement du porte avion USS Abraham Lincoln ne vient pas calmer la tension. Acculé et énervé, l’Iran a suspendu certains engagements pris dans le cadre de l’Accord sur le nucléaire.

L’Iran et les alliés américains au Moyen-Orient

Qualifié de « baril d’explosif » par le présentateur de Sans Frontières Fernando ESTIMÉ, le Moyen-Orient est cette partie complexe du monde où les intérêts américains et russes, y compris leurs alliés respectifs s’entrecroisent. Cette configuration crée une situation volatile dans la région où les antagonismes religieux étaient déjà très vifs. Selon le Politologue ESTIMÉ, « L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabe-Unis inquiètent de la montée en puissance de l’Iran, trouveront probablement leur compte dans une attaque américaine contre la République Islamique. Il en est de même du premier ministre Israélien, Benyamin Netanyahou, lui qui ne jure que par la destruction des capacités militaires de l’Iran et de ses sites nucléaires, et ce dirigeant se trouve être un bon ami de Donald Trump ». « Autant de mondes dans cette région-là qui aimeraient voir une intervention américaine contre l’Iran », a-t-il déclaré.

Entre les États-Unis et la République Islamique d’Iran, le durcissement du ton provoque des inquiétudes

Voulant montrer que la menace est imminente, M. ESTIMÉ déclare que « les deux parties jouent avec le feu. Il ne manque qu’une étincelle, et dans cette région-là ce ne sont pas les étincelles qui manquent. Il y a tellement de foyer de tensions, tellement de foyer de crises », on se dit qu’il y a de quoi à s’inquiéter.

Après avoir accentué sur le comportement du Conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, et le choix de Donald Trump consistant à déplacer certains personnels diplomatiques non essentiels face à une menace qu’il juge imminente en Irak, y compromis les tournés du Secrétaire d’État américain Mike Pompéo dans la région et en Russie, voilà l'autre tableau que dresse le Consultant en Relations internationales de la situation : « la République Islamique d’Iran dispose des amis et alliés impondérables. Il y a les rebelles houtis au Yémen qui ont déjà commencé le sale boulot, selon ce qu’a annoncé l’Arabie Saoudite (des oléoducs et des navires transportant du pétrole se font attaquer). Il y a le hezbollah libanais qui est de nature à créer des problèmes à Israël voisin (du Liban). Ils ont les forces des gardiens de la révolution qui sont présentes en Syrie de nature également à nuire aux États-Unis, car les américains ont des forces engagées en Syrie. N’en parlons pas du grand voisin Irakien. Le pouvoir en place à Bagdad soutenu par les américains, est également soutenu par les iraniens. Et les différentes milices chiites reçoivent leurs ordres pour la plupart de Téhéran. Mise à part, les miliciens de Moqtadar Al-Sadr, le gros des troupes sont tributaires de Téhéran. Donc il y a tellement d’impondérables et d'acteurs qu’on se dit qu’une étincelle peut arriver aujourd’hui ou demain ».

L’Accord sur le nucléaire iranien est dans une large mesure à l’origine des tensions entre les deux États. « L’Iran ancienne grande puissance avec une population de plus de 80 millions d’habitants se trouve acculer alors que l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), les États-Unis et l’Israël reconnaissent que l’Iran respecte les clauses de l’Accord », a rappelé Fernando ESTIMÉ. Parallèlement, « les États-Unis disent que l’Iran est en train de développer ses capacités balistiques et Donald Trump a demandé une renégociation de l’Accord disant que cet accord doit porter également sur les missiles balistiques intercontinentaux que développent l’Iran ».  Sachant que la renégociation de l’Accord sur le nucléaire iranien faisait partie des promesses de campagne du président américain lors des élections de 2016 et le comportement des deux parties ne rassurent personne, on peut se dire qu’il y a quelques nuages à l’horizon.

Author
Étudiant en philosophie et science politique à l'IERAH/ISERSS Jeune député de Jacmel au parlement jeunesse d'Haïti

Animateur (s)

Anne Merline Eugene's picture
La Mafia existe
1 year 4 months ago
Jacques Adler Jean Pierre's picture
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 years 5 months ago