Les 188 ans de Pétion-Ville fêtés en grande pompe à New York

Publié
5 mois ago
Dernière mise à jour
5 mois ago
4260 views
Time to
read
3’

Gala des Petion-Villois a NY

Ils vivent aux États-Unis depuis cinq ou 50 ans. Ils sont de Jalousie, de Nerette, de Saint-Pierre, de Aux-Cadets, de Soisson, de Jacquet, entre autres. Ils sont de Pétion-Ville. Pour marquer les 188 ans de leur commune, les Pétionvllois vivant à New York ont organisé, samedi soir, un somptueux gala au Plattdeutsche Cattering. Une partie du profit de cette activité ira au bénéfice des institutions de la municipalité comme le lycée national de Pétion-Ville, les sœurs de la sagesse, Saint-Jean Bosco, les sœurs salésiennes de Jacquet.

Les Pétionvillois de New York ne se sont pas fait prier pour répondre à l’invitation d'Yves Joseph (Fanfan Ti Bòte de Tabou Combo) et de Gina Faustin. Un agréable moment de retrouvailles entre des anciens voisins, des anciens camarades de classe, des anciens collègues ayant quitté Pétion-Ville depuis des années pour venir vivre aux États-Unis.

Tout ceci avec de la bonne musique apportée par les formations musicales Mizik-Mizik, Tabou Combo, Roberto Martino. Les organisateurs en ont profité pour honorer des personnalités qui ont marqué la vie à Pétion-Ville dans tous les domaines comme Jocelyne Mayas, le Dr Reynald Devilmé, Rachel Moscoso Denis, Franck Ciné, Ertha Pascal Trouillot, le Dr Antoine Joseph, entre autres.

« Sous le toit de la fraternité et de l’amitié nous avons réuni à New York des Pétionvillois. C’est un exemple de positivité que nous lançons dans la diaspora », a affirmé Fanfan Ti Bòte. « N ap lanse yon siyal ak nèg an Ayiti yo. Sispann detwi, an n konstwi. Quand on veut, on peut. Mettons de côté notre ego au profit du pays, au profit de la communauté », a exhorté le chanteur de Tabou Combo qui seconde Roger M. Eugène, dit Choubou.

Fanfan Ti Bòte a souligné qu’une partie de la recette de la soirée ira à des institutions comme le lycée national de Pétion-Ville, les sœurs de la sagesse, Saint-Jean bosco, les sœurs salésiennes de Jacquet.

Le député de Pétion-Ville, l’invité d’honneur de la soirée, n’a pas caché ses émotions face à cette initiative des Pétionvillois vivant aux États-Unis. «…Pétion-Ville brille de tous les feux dans le ciel de New York, la ville où l’on se sent chez soi quand on est de nulle part, dixit Mélissa Banks. L’attachement d’Yves et de Gina à Pétion-Ville est une preuve que le sentiment d’appartenance à une ville traverse le temps, la distance », a discouru le député Jerry Tardieu.

«   Je me félicite également de deux autres choses. D’abord que les profits générés par l’activité iront au bénéfice des institutions de PV comme le lycée national de Pétion-Ville, l’église Saint-Pierre, les sœurs de la sagesse, Saint-Jean Bosco, les sœurs salésiennes de Jacquet. Ensuite que vous ayez pensé à honorer des personnalités qui ont marqué la vie de Pétion-Ville sur le plan des affaires, de la culture, de l’éducation, de la musique, du sport… », a-t-il ajouté.  

En Haïti, a-t-il souligné, il nous est tellement plus facile de critiquer que d’honorer, tellement plus facile de détruire que de construire, tellement plus facile de diviser que d’unir, tellement plus facile de faire du mal que de faire du bien.

Selon le parlementaire, Pétion-Ville est désormais reconnue par tous comme étant le poumon économique, touristique, commercial et culturel de la capitale haïtienne. « Malgré son importance chaque jour plus grande et ce constat évident que Pétion-Ville reste la première vitrine d’Haïti pour celles et ceux visitant notre pays, l’État y investit très peu. Pétion-Ville s’essouffle. Elle manque de tout. Elle a besoin de routes, d’écoles, de centres de santé pour combattre cette pression démographique fulgurante d’une population sans cesse croissante et démunie de tout », a critiqué le député Tardieu.  

« C’est pour cela que votre solidarité envers Pétion-Ville nous est précieuse. Durant quatre ans, j’ai mené pour vous le bon combat… J’ai été élu par la population de Pétion-Ville, mais je suis député du peuple et je suis fier de m’être battu pour l’ensemble de la population, y compris pour vous dans la diaspora », a affirmé le parlementaire.

Le parlementaire dit avoir à son actif trois propositions de lois et le travail de la réforme constitutionnelle avec des acquis pour la diaspora.   

« Le combat à mener pour cette commune doit être passionné, quotidien et tenace. C’est aussi le sens de la soirée du 188e. Ce n’est pas seulement un évènement festif, mais aussi une occasion de réunir la communauté haïtienne de NY qui aime Pétion-Ville », a-t-il précisé.  

Robenson Geffrard source Le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago