La victime dégoûtée par la sentence de Luck Mervil

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
4534 views
Time to
read
2’

Luck Mervil - photo TVA

Même si elle savait que Luck Mervil éviterait la prison ferme pour l’avoir exploitée sexuellement, sa victime a quand même eu un air de dégoût quand l’auteur-compositeur a reçu sa condamnation, mercredi.

«Elle vit du désappointement et une certaine frustration», a reconnu la procureure Anne Gauvin, après que Mervil eut écopé de six mois de prison à domicile, hier au palais de justice de Montréal.

Luck Mervil écope d'une peine de 6 mois dans la collectivité

Contrairement à Mervil, qui est sorti de la salle d’audience par la grande porte et l’air confiant, la victime qui avait 17 ans au moment des faits retenait ses larmes tandis que ses proches avaient la mine basse, en confirmant que la femme se sentait «dégoûtée».

Relation complète

«Les événements se déroulent en 1996, a résumé la juge Mélanie Hébert. Sous le couvert du jeu, monsieur Mervil entreprend des contacts de nature sexuelle avec la victime. Ils ont une relation sexuelle complète pour laquelle monsieur Mervil n’obtient pas son consentement.»

La victime, dont l’identité est protégée par le tribunal, avait expliqué à la cour que son drame l’avait traumatisée, d’autant plus qu’elle assure que les relations sexuelles non consenties se sont poursuivies pendant des années, même après qu’elle eut déménagé outre-Atlantique.

En France aussi
La femme affirme d’ailleurs avoir porté plainte en France contre Mervil, et elle s’attend à avoir les résultats de l’enquête d’ici les prochains mois.

«Depuis plusieurs années, j’ai des nausées, des crises d’asthme, de l’angoisse, je fais des cauchemars depuis plus de 15 ans», avait-elle témoigné la semaine passée.

La juge Mélanie Hébert a condamné Mervil à six mois de prison à purger dans la collectivité, tel que le recommandaient les avocats. Il passera les trois prochains mois confiné chez lui, sauf pour le travail, qu’il soit rémunéré ou non, ainsi que pour la garde de son fils.

Par la suite, il devra respecter un couvre-feu de trois mois, puis une probation d’un an. Il sera aussi inscrit au registre des délinquants sexuels pour 20 ans, puisqu’il a plaidé coupable d’exploitation sexuelle.

Mais si les proches de la victime trouvaient la sentence trop clémente, la juge a rappelé que la victime «tire avantage» de la suggestion commune des avocats en lui évitant de devoir témoigner, même si elle l’a fait à l’enquête préliminaire et aux plaidoiries sur la peine.

Après avoir écopé de sa peine, Mervil a fait part de son soulagement. Il a également présenté ses excuses à «la personne qui a porté plainte», faisant référence à la victime.

Dans une vidéo mise en ligne sur internet, Mervil a également présenté ses excuses, sans jamais utiliser le mot «victime». Il parle de cette dernière et de sa famille pendant six secondes, avant de s’excuser à sa famille et aux Québécois entre autres, pendant six fois plus longtemps.

«Il ne faut pas confondre exploitation sexuelle et proxénétisme», ajoute-t-il pour ensuite s’attaquer aux médias.

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 3 mois ago