Les musiciens haïtiens vivent-ils de la musique ?

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
1007 views
Time to
read
1’

Une bande de Rara

50,6% des musiciens haïtiens vivent exclusivement de la musique, d’après les résultats d’une enquête de terrain auprès de 1 520 professionnels de la musique dans six départements du pays, réalisée par l’Association haïtienne des professionnels de la musique (Ayiti mizik) dans le cadre du projet intitulé : « Cartographie de l’industrie haïtienne de la musique » pendant la période 2016-2017. Près de la moitié des professionnels questionnés lors de l’enquête a fait savoir que la musique n’était pas leur principale source de revenu.

Au moins 54% des professionnels de la musique affirment gagner moins 300 gourdes par jour, montant considéré comme étant le salaire minimum de référence lors de l’enquête. Par conséquent, leur revenu annuel, hors prime, ne dépasse pas 78 000 gourdes. Seulement 27 professionnels (3,69%), évoluant dans l’industrie haïtienne de la musique gagnent par an plus d’un million de gourdes, soit 15 385 dollars américains. Le nombre de professionnels œuvrant dans l’industrie musicale haïtienne à gagner 100 000 dollars américains par an se chiffre à neuf.

« Dans tous les cas, le niveau de rémunération du secteur est globalement faible même si on peut à nouveau émettre une réserve sur la qualité des réponses, en raison de la sensibilité des données », lit-on dans le rapport de l’Association haïtienne des professionnels de la musique (Ayiti mizik), soulignant que 46,7% des personnes touchées par l’enquête disent travailler de manière indépendante. Environ 32% font partie d’un groupe musical et 11,1 % d’une entreprise privée.

Après les prestations en plein air, celles relatives à la publicité, au carnaval, aux fêtes patronales et aux festivals sont les activités qui constituent les principales sources de revenu des professionnels de l’industrie musicale. Ensuite, viennent les concerts et les sessions d’enregistrement en studio. Par ailleurs, les dépenses des professionnels de la musique sont liées à l’utilisation des infrastructures, à l’acquisition de matériels et à la promotion.

Dans l’élaboration du rapport, il est clairement indiqué que les données recueillies par l’enquête de terrain ne permettent pas de mesurer avec précision la taille de l’industrie haïtienne de la musique ni son poids économique, mais elles offrent des informations sur son impact à travers la description des emplois et des revenus des 1520 professionnels enquêtés.

L’Artibonite, l’Ouest, le Centre, le Nord, le Sud et le Sud-Est sont les six départements touchés par l’enquête de terrain. Des focus groupes et des interviews ont été également réalisés dans le cadre de ce projet. Le projet de cartographie de l’industrie haïtienne de la musique a été possible grâce à un appel du Fonds international pour la diversité culturelle de l’UNESCO. Les recommandations faites portent sur la reconnaissance légale des professionnels de la musique et la réglementation de leurs activités. Elles suggèrent aussi que la création, la production et la diffusion des œuvres en Haïti puissent bénéficier du soutien de l’Etat haïtien.

Gérard Jeanty Junior Source Le Nouvelliste

 

 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 4 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago