Les livres qui ont marqué Davidson Saint-Fort

Publié
3 semaines ago
Dernière mise à jour
3 semaines ago
3096 views
Time to
read
3’

Davidson St Fort

Vous avez sans doute déjà entendu son nom, et maintenant plus que jamais, parce qu’il vient de rafler avec deux collaborateurs le Prix Philippe Chaffanjon 2018, pour le reportage Haïti : le cri des oubliés de l’enfer carcéral. Davidson Saint-Fort est coanimateur du journal 19-20 sur la Radio Caraïbes avec Michel Joseph. Ce jourd’hui, il nous confie, non, vous confie, mon cher public, les livres qui l’ont marqué. On va voir cela de plus près ?

Je ne lis pas pour la simple passion de l’acte de lecture. Je lis par nécessité de culture, de savoir, d’émancipation, de voyage. Mon premier acte conscient de lecture a eu lieu avec la bible chrétienne. Avec le livre des Psaumes, pour être précis. J’ai été bercé pendant mes 23 premières années d’existence par les écrits bibliques. Aujourd’hui, de moins en moins religieux, je ne peux pourtant pas me passer de réciter des chapitres entiers de ces « poésies » attribuées au roi David, ce, tous les jours et à différents moments. C’est mon seul vrai lien avec ‘‘l’Autre’’, l’Inconnu puissant et bienveillant, Dieu », nous livre celui qui entend vivre sa vie au plus-que-parfait, comme il se plait à le dire.

Le Gouverneur de la Rosée de Jacques Roumain

Un texte qui a sculpté ma citoyenneté, mon sens du service et de la communauté. C’est aussi le cas du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry. Un enseignement d'humilité qui a façonné mon comportement.

Je cite Ainsi parla l’oncle de Jean Price Mars, qui est un livre d’étude pendant mon cursus de sociologie à la Faculté d’Ethnologie (UEH) mais c’est aussi un outil de construction du moi culturel, un texte qui m’a appris à m’assumer dans ma pleine ‘‘haïtianité’’.

Je suis par moment un être fantaisiste. Donc, j’ai aimé lire Les Aventures de Tom Sawyer. Ce roman de Mark Twain qui me met face à un miroir dans lequel apparaissent les souvenirs de mon adolescence et ces rêves d’enfant que j’ai ratés. J’ai lu ce livre plus de dix fois et j’arrive encore à rire à chaque fois.

« Mes coups de cœur en matière de lecture sont assez variés. Les livres qui m’ont marqué jusqu’ici le sont, parce qu’ils confortent les pensées qui sont les miennes », confie celui qui vient de remporter le prix de journalisme Philippe Chaffanjon avec ses collaborateurs Sheilla Louis Joseph et Peterson Chery.

Rewards and Fairies de Rudyard Kipling. Je n’ai pas lu tout le livre, mais il porte en son sein le seul poème dont j’arrive encore à me souvenir de chaque parole. « Si », un texte lyrique qui m’aide, depuis mes 15 ans, à être un peu plus ‘‘Homme’’ à chaque seconde de ma vie. Je me suis toujours considéré comme ce fils à qui ce poème est adressé.

Je ne peux parler de livre sans citer Les hommes ne savent pas aimer de Yann Moix. C’est ma toute dernière grande lecture. Pour faire court, c’est le texte qui me ramène à l’homme que je suis dans mes relation avec les femmes. C’est ma vérité, cette lettre d’amour de Yann.

Et comment ne pas énumérer Guerre et Paix de Léon Tolstoï ? J’aime ce bouquin pour sa contradiction avec ma pensée. Le fatalisme n’est en aucun cas ma tasse de thé. Je pense pas comme l’auteur , que le libre arbitre n’a qu’une importance mineure et que tous les événements obéissent à un déterminisme historique inéluctable. Lire ce livre a été pour moi, une façon de me confronter à un adversaire d’envergure.

Ce que parler veut dire de Pierre Bourdieu.

Un autre ouvrage que j’ai découvert à la fac et auquel je suis encore attaché. Sociologiquement, cet ouvrage raconte que toute situation linguistique fonctionne comme un marché sur lequel le locuteur place ses produits, et ces produits qu'il présente pour ce marché dépendent de l'anticipation qu'il a des prix que vont recevoir ceux-ci. Nous apprenons inséparablement à parler et à évaluer par anticipation le prix que recevra notre langage. Je pense comme Bourdieu.

« Les livres et moi, c’est une rencontre renouvelée, une aventure que je ne me lasse jamais de tenter. Là ce sont des titres qui ne m’ont peut-être pas marqué au point de laisser une marque indélébile, mais j’ai aimé l’expérience que j’ai faite avec eux. L’Odeur du café de qui vous savez (rires), Le Revenant de Gary Victor, La Cinquième Montagne de Paulo Coelho, tous les livres d’Aimé Césaire et de Frantz Fanon », précise le jeune homme.

Lire, lire et lire encore… L’appétit de la lecture vient en lisant. Et vous, quels livres vous ont marqué ?
Madjolah Pierre
Source Ticket Magazine

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
2 mois 2 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 2 mois ago