Le lancement officiel du nouvel album du groupe Zenglen à Pembroke Pines, Floride

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
14036 views
Time to
read
6’

Zenglen - Album listening party - Mai 2018

Le samedi 12 mai, le rendez-vous était au « Star House », où le groupe Zenglen lançait officiellement son récent album. Ce groupe musical est enfin sorti de son hibernation pour réveiller les esprits endormis. Aux yeux de certains, Zenglen était vraiment en agonie. Tous ceux qui ont cru que les jours de cette formation musicale étaient comptés changent d’avis aujourd’hui. Son nouvel album a expliqué le motif de son long silence. Il a pris du temps en chemin, mais a délivré un bon produit. Zenglen respire encore et inspire confiance.

En musique, le silence ne signifie pas « absence ». Il est aussi musique. Pour un artiste, le silence peut être un moyen de se replier pour mieux travailler afin de rebondir avec plus de force.  Zenglen vient de le confirmer.  Il a produit un album de très bonne facture qui a pour titre « No Dead End » sur lequel sont gravées onze chansons, qui sont : Ponponp, Dark Flower, Sa’n Fè Yo, Grèv Bèbè, Mèt Kay La, Kafe Anmè, Li Lè Li Tan, M Swete l Danse, Pòt Dèyè, No Dead End, I Miss My Ex. Après un si long silence, Zenglen ne pourrait produire un mini album. 

Les faits marquants de la soirée d’audition

D’après la note de presse de Zenglen, eu égard à cette rencontre, il était dit que la session d’audition commencerait à 7 heures. On s’est rendu compte qu’il s’agissait plutôt de l’heure haïtienne. Donc, l’événement a commencé avec deux heures de retard. On doit se défaire de cette vieille habitude, car « après l’heure n’est plus l’heure ».  Certaines personnes se montraient impatientes et ont dû laisser le lieu du rendez-vous à huit heures trente (8h 30).  Les dignitaires étrangers qui nous accompagnaient, en mission, ont été obligés de partir pour la même raison: le long retard. Enfin à 8 h 57 min, la présentatrice, Cheyna Pierre, a fait les salutations d’usage. Elle a ensuite introduit le maître de cérémonie, le poète André Fouad, un alumnus du Collège Canado-Haïtien de Port-au-Prince. 

Le MC a salué l’assistance comme le requiert la tâche qu’il allait remplir. Puis, il a conduit les invités au jardin merveilleux du groupe Zenglen, où il a ouvert les tiroirs de l’histoire pour sortir l’acte de naissance de cette formation musicale et réviser sa feuille de route. C’était une façon de prouver que Zenglen est majeur et jouit des droits d’aînesse. Zenglen est vraiment l’aîné de tous ces groupes de la soi-disant « nouvelle génération » évoluant sur la scène HMI. Le maître de cérémonie a signalé la présence des journalistes et d’autres membres de la presse en les saluant d’une façon particulière. 

De ces représentants de la presse, nous avons retenu le nom de Dessalines Ferdinand, un autre alumnus du Collège Canado-Haitien, avec qui nous avons eu le temps de débattre brièvement des sujets d’intérêt général. Il représentait le journal « Le Floridien ». Konpaevents était aussi présent « in the house », une présence marquée par Wilfrid Petit-Frère. Guy Wewe assurait le reportage de cette soirée en direct. L’omniprésent- paka pala ! André Fouad a adressé une salutation spéciale à l’endroit de N.J.R qui se trouvait dans la salle, mais qui ne voulait pas se placer en première loge pour attirer les regards et l’attention. Un geste grandement apprécié. 

Le maître de cérémonie n’a pas tardé à rappeler le but de la soirée : une session d’audition de l’album - « a listening party ».  Il a présenté les musiciens de Zenglen qui se trouvaient autour de la table réservée pour eux à cette occasion. Louis Emmy Nixon, le nouveau chanteur du Zenglen,  a été présenté au public. Son nom d’artiste, Emmynix,  n’a pas été inventé, il découle de son nom de baptême. Original ! Et sans perdre de temps, le maître de cérémonie a décliné les titres des chansons dans l’ordre chronologique. La session d’audition a commencé avec la diffusion du premier morceau « Ponponp » que le MC a eu le soin d’identifier pour les invités. Toutes les chansons ont été auditionnées à la demande du présentateur A. Fouad,  et cela avec une grande attention de l’assistance. Le disc-jockey (DJ) a respecté l’intervalle de temps qui lui était alloué pour la diffusion partielle de chaque pièce musicale. La qualité sonore du disque est bonne. 

On pense que la prochaine fois, le comité organisateur d’une session d’audition d’un album présentera au public le programme écrit sur un dépliant,  avant l’ouverture de la séance. Ce qui lui permettra, a priori, de savoir les différents points inscrits à l’ordre du jour. Malgré les années d’existence du Zenglen, on a pu noter un tel manquement. Heureusement, le maître de cérémonie a eu l’idée de s’en passer outre et a brièvement présenté le sommaire, à mesure qu’on avançait vers la fin. Après l’audition complète du disque, André Fouad a ouvert l’espace réservé aux « Questions-Réponses », où des questions ont été adressées aux musiciens. 

La promotion et le marketing: Deux paramètres importants de l’équation du succès 

Le segment « Question et réponses » a permis l’interaction entre les musiciens et les membres de l’assistance. La première question concernait l’absence de la photo de Fréro Jean-Baptiste, le chanteur senior de Zenglen,  sur la pochette du disque. Brutus a expliqué qu’un conflit horaire avait empêché que Fréro participe à la séance de prise de photo. Il a, peut-être, oublié que le graphiste pourrait utiliser une photo de l’artiste et l’ajouter à l’ensemble. Brutus a été parfois trop loin dans ses déclarations, surtout celle ayant à voir avec « Zenglen bay mizisyen papye residans ». Il a cité quelques noms de musiciens qui ont bénéficié du changement de statut.  Imprudence! Surtout à l’heure de l’usage des réseaux sociaux, où tout est sous contrôle au pays de l’Oncle Sam (J.R Noël).  La psychologie du comportement nous permet de détecter certains faits qui échappent au grand public. 

Le maestro de Zenglen  impute l’insuccès commercial de l’album « Rezilta Pi Rèd » au statut de Widler Octavius lors. Celui-ci est aujourd’hui un immigrant reçu aux Etats-Unis. Li gen rezidans, d’après ce qu’a dit Brutus publiquement, le samedi 12 mai. .Brutus a aussi fait référence à la fuite « leak » du contenu de l’album, qui s’est produite, depuis le jeudi 10 mai, deux jours avant le lancement officiel du disque.  « Se rat kay k ap manje pay kay », si on fait fi des déclarations de deux animateurs-radio qui opèrent loin de la Floride. Ils nous ont fait savoir qu’ils ont reçu toutes les chansons du nouvel album directement d’un membre influent de Zenglen, et ils ont dévoilé son nom.  Quelques groupes musicaux adoptent la technique de fuite de musique -leak comme une formule de promotion. Ils se trompent. Quand le contenu de l’album est affiché sur les réseaux sociaux, avant sa sortie officielle, comment donc le manager / investisseur va-t-il pouvoir récupérer son argent?, se demandent plus d’un.  

Le but de cet article n’est pas d’évaluer les chansons de l’album. Il est encore trop tôt pour le faire, même si Brutus pense qu’à travers la fuite de tout le contenu du disque (leak),  les invités l’ont déjà auditionné dans son intégralité. Le maestro de Zenglen voulait obtenir l’approbation de l’assistance quand il dit : « nou tande mizik yo deja, paske tout mizik yo deyò 2 jou avan « listening party » a, kòman n twouve son CD a ». Aujourd’hui, un CD de bonne facture ne peut pas garantir le succès d’un groupe musical sans un plan convaincant de promotion et de marketing. Zenglen en a déjà fait l’expérience avec ses deux derniers CD, « Rezilta » et « Rezilta Pi Red ».  Chat échaudé doit craindre l’eau froide. La promotion a toujours été la plus grande faiblesse du groupe Zenglen. Et un plan de marketing est toujours inexistant dans la gestion administrative de ce groupe musical. 

Les musiciens de Zenglen sont conscients de la situation.  Et Fréro Jean-Baptiste l’a signalée dans la chanson « Ponponp », où il dit, nous citons : « yo pral  di gen pwodiksyon, men pa gen pwomosyon ». Est-ce là un rappel que Fréro fait à Brutus et au nouveau manager de Zenglen, Eugène Talabert,  et tout aussi bien à Gérald Firmin « Kaliko », qui dirige Kaliko Production et assiste Zenglen? Brutus a demandé l’apport et le support de tous ceux qui veulent aider Zenglen à ce niveau. Il a signalé que US 50 000 $ ont été investis dans la production de cet album « No Dead End ». Il a aussi parlé de son album-solo « EXTRA BRUTUS # 4 » à venir, ce qui va certainement enterrer le nouveau disque de Zenglen. Tout le monde était sorti content et satisfait de la session d’audition. Une agape fraternelle a été offerte aux invités à la fin de la soirée.  

On ose croire que le nouveau manager connaît et comprend l’engagement qu’il prend avec Zenglen. Il faut bien qu’il se mette en tête qu’en business on peut gagner ou perdre. Le résultat dépendra de la gestion administrative du groupe musical. Le manager ne semble pas être au courant du mode de fonctionnement de ce marché konpa dirèk. Brutus va l’aider à comprendre ce business de la musique. Ainsi, il pourra apprendre les ficelles et risques du métier de manager dans l’industrie konpa dirèk (J.R. Noël). Il se montre très fier d’être le manager attitré du groupe Zenglen. Ce groupe musical a gardé son identité en s’accrochant au style qui le caractérise. Il a réussi aux examens avec distinction, mais on attend ses prestations - live pour mieux l’évaluer,  déclarent certains observateurs.  On souhaite bonne chance et du succès au groupe Zenglen. 

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 7 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 7 mois ago