Procès de Clifford Brandt : Edner Comé plaide non coupable

Publié
1 mois ago
Dernière mise à jour
1 mois ago
1482 views
Time to
read
1’

Alors qu’il est accusé par les autres prévenus d’être le principal stratège du groupe, l’ex-inspecteur de police Edner Comé a nié, ce mercredi 16 janvier 2019, toute implication dans le kidnapping des jeunes Moscosso. Lors de l’infraction, le 16 octobre 2012, il a fait savoir au tribunal qu’il se trouvait en République dominicaine. Son audition a été renvoyée au 29 janvier 2019, en raison d’un malaise qu’il disait avoir ressenti.

C’était la deuxième audience du jugement d’Edner Comé qui a été condamné par contumace par le tribunal civil de Port-au-Prince. En dépit du retard de la séance, seul l’acte d’accusation a été lu à la séance du mardi 15 janvier. Au cours de son interrogatoire, l’ancien policier a refuté toutes les accusations portées contre lui par son patron, Clifford Brandt, et ses collaborateurs, Carlo Bendel Saint-Fort et Rico Pierre-Val. Malgré leur persistance, Edner Comé a clamé son innocence. Il a admis uniquement avoir été responsable de la sécurité de Brandt.

Le bras droit de Clifford Brandt a fait savoir qu’il n’a jamais été en cavale. Son départ du territoire national, a-t-il expliqué, était juste un moyen de se protéger des menaces de mort dont il était objet, après l’arrestation de ses pairs. Il n’était pas en mesure d’identifier pour le président du tribunal criminel, Me Denis Pierre Michel, le clan ou les individus qui lui proféraient ces menaces.

Apparemment, l’accusé n’était pas en bonne santé. Il se plaignait de maux d’estomac et avait à sa disposition des médicaments. En fin de journée, Edner Comé avait présenté des signes de malaise. Il suait à grosses gouttes et il vomissait dans la salle d’audience. Face à une telle situation, le doyen se voyait obliger d'interrompre la séance. Il a ordonné au commissaire du gouvernement, Me Sérard Gasius, et aux responsables de la Direction administrative pénitentiaire (DAP) d’autoriser l'auscultation du présumé kidnappeur.

L'accusé a été arrêté en République dominicaine le 25 mars 2017. Son extradition a eu lieu le lendemain. Depuis lors, aucune autorité compétente n'était, semble-t-il, informée de sa détention au centre carcéral de la commune de Croix-des-Bouquets. D’après Me Diogène, cette stratégie serait un moyen d’éviter toute confrontation avec les autres accusés. « En dépit de la lutte contre la détention préventive prolongée, les avocats de Comé n’avaient entrepris aucune démarche. C’est un acte de camouflage», a fait remarquer le magistrat, qui dit attend le rétablissement du suspect pour élucider l’ensemble des contradictions relevées dans ses déclarations.
Jodherson Cadet source le Nouvelliste

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
10 mois 3 semaines ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
1 année 11 mois ago