Carte de crédit, l’utilisation abusive qui appauvrit

Publié
3 mois ago
Dernière mise à jour
2 mois ago
3910 views
Time to
read
5’

« Si vous avez une dette de 10 000 $ sur votre carte de crédit. Si chaque mois, vous payez seulement le versement minimal de 2 %. Avec un taux d’intérêt de 19,8 %, il vous faudra 80 ans pour rembourser votre dette totale.»

Au Canada, plus de deux Canadiens sur trois font leurs achats par carte de crédit. L’Association des banquiers canadiens estime que 40 % des Canadiens ne remboursent pas leur solde à l’intérieur de la période de grâce de 21 jours. Pour ces personnes, l’intérêt sur la dette par cartes de crédit s’accumule assez rapidement. D’après une étude publiée récemment par la firme TransUnion, 39 % des Canadiens ne saisissent pas vraiment l’avantage de payer plus que le montant minimum sur le solde de leur carte de crédit.

Ces statistiques ne sont pas disponibles en Haïti. Cependant, nous constatons très souvent dans les journaux haïtiens la publication de longues listes d’utilisateurs de cartes de crédit qui n’arrivent pas à rembourser leurs dettes convenablement. Donc, l’utilisation efficace de la carte de crédit est d’un enjeu socioéconomique important. En Haïti comme ailleurs. 

Pour aider les Canadiens à mieux gérer leurs cartes de crédit, plusieurs institutions offrent des services importants. On peut citer l’Agence de la consommation en matière de la littératie financière au Canada (ACFC) qui a mis à la disposition des consommateurs canadiens un important outil de simulation intitulé « Calculatrice de paiements de carte de crédit » (1). L’agence indique qu’il est toujours plus avantageux de payer le solde de sa carte de crédit en entier avant la date d'échéance indiquée sur le relevé. Mais, très souvent, le consommateur se retrouve dans l’impossibilité de le faire. Dans ce cas, il aspire grandement à trouver la façon de réduire le montant des frais d'intérêt qu’il aura à payer.

On peut mentionner également l’exemple de l’Office de la protection du consommateur du Québec (2). Sur son site Internet, on peut lire ce qui suit : « Si vous ne faites que le paiement minimal chaque mois, vous remboursez très peu votre dette. Un exemple : vous avez un solde de 10 000 $ sur votre carte de crédit. Chaque mois, vous remboursez seulement le versement minimal exigé, soit 2 %. Le taux de crédit qui s’applique sur le montant non remboursé est de 19,8 % au Québec. Le temps qu’il vous faudra pour payer tout ce que vous devez : 80 ans. Le montant total des frais de crédit que vous paierez s’élèvera à 45 350 $.»

Selon la banque commerciale canadienne CIBC, une famille canadienne dépense en moyenne 950 $ pendant la période des fêtes de fin d’année. Selon les simulations de Radio Canada dans un article publié le 22 décembre 2017 (3), avec un taux d’intérêt de 18 % sur une carte de crédit, si l’on rembourse ses dépenses des fêtes à coups de 100 $ par mois, on va payer au total 83 $ d’intérêts et il faudra 11 mois pour tout rembourser. Selon ce scénario, les consommateurs canadiens finiraient par payer leurs dettes de fin d’année 2017, juste à temps pour Noël 2018 !

Si l’on ne paye que le minimum exigé à la fin de chaque mois, il faudra alors 18 ans et demi pour rembourser la totalité des dépenses des fêtes. Rembourser 950 $ à coups de paiement minimum coûte 1 781 $ en intérêts accumulés. Remarquez ici l’impact de l’intérêt composé sur l’endettement des ménages. Or, il n’y a pas que les dettes de fin d’année à rembourser sur la carte de crédit. Selon l’enquête de la firme TransUnion, les Canadiens ont en moyenne un solde impayé de 4 085 $ sur leur carte de crédit. Selon un article de Radio Canada, une telle somme prendrait 43 ans à rembourser si l’on ne paye que le montant minimum chaque mois et coûterait plus de 11 000 $ en intérêts.

Un taux d’intérêt encore plus exorbitant en Haïti

Outre l’achat de biens et services, le consommateur peut également effectuer une avance de fonds ou un retrait d’argent à partir de sa carte de crédit. Dans ce cas, au Canada, le taux d’intérêt annuel passera de 19,99 % à 22,99 %. Ces taux sont ceux figurés sur ma carte de crédit au Canada. Avec le temps, le type de banque et le profil de crédit, certains clients peuvent arriver à bénéficier d’un taux d’intérêt légèrement plus faible. Dans le cas des avances en argent, les frais de crédit commencent tout de suite à s’accumuler, c’est-à-dire que l’on paie des frais de crédit même si l’on rembourse toute la dette durant la période de grâce de 21 jours. 

Pourquoi paie-t-on un montant si élevé ? Parce que les paiements comprennent  le capital net (la somme que vous avez effectivement utilisée) et les frais de crédit, si la totalité de la dette n’est pas payée avant la fin de la période de grâce. Ces frais de crédit incluent tous les frais que l’on doit payer à la banque, en plus du montant du capital net. Ils contiennent les intérêts proprement dits, les frais d’administration, d’assurance, les ristournes, les commissions et d’autres types de frais. Le prêt d’argent consenti à partir d’une carte de promotion dans les magasins répond à peu près à la même logique.

En Haïti, il faut y ajouter des frais d’adhésion ou de renouvellement annuel. Mais plus alarmant encore est le taux d’intérêt pratiqué. Sur mon dernier relevé en Haïti, il est indiqué un taux mensuel de 3,33 %. Cela donne un taux d’intérêt annuel équivalent de 48,16 %. Dans les ouvrages de mathématiques financières, on retrouve la formule de conversion suivant : (1+ i_annuel) = (1+i_mensuel)^12. Cela donne (1+i_an) = (1,033)^12 = 48,16 %.

Si avec un taux d’intérêt annuel de 19,8 %, il faudra 80 ans pour payer la totalité d’une dette de 10 000 $ en remboursant le montant minimum de 2 %, avec un taux d’intérêt annuel de 48,16 % et le paiement du montant minimum, on se fait une idée du temps nécessaire à rembourser la dette au complet. Si, dans le premier cas, le montant total des frais de crédit s’élève à 45 350 $, imaginez alors ce montant avec un taux d’intérêt de 48,16 %. Le montant est tellement élevé que les banques commerciales haïtiennes préfèrent exprimer le taux mensuellement dans les relevés bancaires.

Au Canada, depuis septembre 2010, la réglementation exige que les banques commerciales et les autres institutions financières sous réglementation fédérale indiquent sur le relevé mensuel de carte de crédit le temps approximatif qu'il faudra au client pour régler son solde en n'effectuant que le paiement minimum requis. Cette mesure permet à l’utilisateur de prendre conscience de l’effort à consentir pour éponger sa dette. Sur un de mes relevés, pour un solde de 467 dollars, il est indiqué qu’il me faudra 6 ans et un mois pour l’acquitter complètement si je paie uniquement le montant minimum. Il s’agit également d’une obligation légale de payer ce montant minimum.

Quel est l’état de la réglementation haïtienne en matière de gestion des cartes de crédit ? Cette question devrait intéresser les pouvoirs exécutif et législatif. Le Bureau de crédit de la Banque de la République d’Haïti pourrait penser également à rendre disponible en Haïti une « Calculatrice de paiements de carte de crédit » analogue à celle utilisée par la ACFC au Canada. Cette initiative inviterait le consommateur haïtien à accorder plus d’importance à la gestion de sa finance personnelle. En matière d’utilisation de cartes de crédit, la précaution et la prudence  sont vos meilleures amies.  

Thomas Lalime

[email protected]

 http://itools-ioutils.fcac-acfc.gc.ca/ccpc-cpcc/CCPCCalc-CPCCCalc-fra.aspx

https://www.opc.gouv.qc.ca/consommateur/bien-service/credit-recouvrement-finance/carte-marge-credit/conseils/carte-marge-credit/

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1073383/la-verif-noel-credit-depenses-dette-cout-fetes-cadeaux-magasinage

Author
Détenteur d’un doctorat en sciences économiques de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) en rédigeant une thèse sur l’épargne et la littératie financière des ménages au Canada, Thomas Lalime est spécialisé en microéconomie, économie du développement, évaluation de projets et en micro-économétrie. Il a...

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 2 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 2 mois ago