503 victimes d’accidents de la circulation dont 78 décès sur place, en moins de deux mois. Stop Accident dit STOP !

Publié
1 année ago
Dernière mise à jour
1 année ago
4510 views
Time to
read
1’

Accident - Archives

Le décès tragique mercredi de l’ancienne ministre de la santé publique et de la population, Dr Michaëlle Amédée Gédéon suite à un accident de la circulation la veille, continue d’émouvoir et d’interpeller le monde médical haïtien mais c’est le nombre de personne tuées sur la voie publique qui est tout simplement “scandaleux”.

Entre le 29 juin et le 19 aout 2018, pas moins de 78 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la circulation survenus majoritairement sur les routes nationales 1 et 2, selon un décompte de l’association Stop Accident.

Son principal dirigeant, Dr Garnel Michel, fait remarquer que sur les 78 décès enregistrés, 63% concernaient des automobiles (voitures, camions entre autres) et 37% des motocyclettes. 

Sur cette période, ce sont 205 accidents, dont 168 sur la route nationale numéro 1 et 147 sur la route nationale numéro 2, qui ont été recensés pour un total de 503 victimes, informe l’ancien directeur du centre ambulancier national.

Cette situation, dit-il, devrait interpeler plus d’un. Il nous faut réviser notre système de sécurité routière et le mode d’organisation du transport public tout en renforçant le service d’inspection des véhicules, a encore indiqué Dr Michel.

Il dit croire que s’il y avait une véritable politique publique en matière de santé publique et de prévention, le drame qui a emporté Dr Gédéon pourait être évité.

C’est aussi avec un sentiment de consternation et de révolte que Dr Josette Bijou, évoque le décès de celle qu’elle présente comme sa “petite sœur”. 

Ce n’est pas normal, dit-elle, que la première femme ministre de la santé publique en Haïti, celle qui a passé 12 ans à la tête de la croix-Rouge Haïtienne, décède par manque de soin, suite à un accident de la circulation.

Dr Gédéon revenait en effet de Jérémie quand son véhicule a été heurté par un autre dans le département du sud, à Camp-Perrin. D’abord, il n’y avait pas d’hôpitaux prêts à la recevoir alors qu’elle  se trouvait non loin de la ville des Cayes, la 3e du pays, où il y a deux hôpitaux publics, se lamente Dr Bijou.

Ensuite, poursuit-elle, il était difficile de trouver une ambulance. Quand on en a trouvé un, il manquait d’essence et quand finalement le carburant a été disponible, il n’y avait personne pour accompagner Dr Gédéon lors de son transfert dans un hôpital de Port-au-Prince où elle a finalement rendu l’âme, s’est attristé la consœur de la défunte.

Par Dodeley Orélus source HPN

Animateur (s)

Portrait de Anne Merline Eugene
La Mafia existe
1 année 3 mois ago
Portrait de Jacques Adler Jean Pierre
Agenda Culturel RTVC - 20 Avril 2017
2 années 4 mois ago